Lyon : le mythe de l'Anneau des sciences "propre" balayé par une étude

Depuis plusieurs mois, certains défenseurs de l'Anneau des Sciences, comme le maire de Lyon Gérard Collomb, défendent l'idée d'une autoroute qui serait "propre", car empruntée en 2030 par des véhicules électriques ou à hydrogène. Un rapport de l'Anses vient de mettre fin à ce mythe.

Il va être difficile pour les défenseurs de l'Anneau des Sciences de continuer d'employer le qualificatif de "propre" ou "vert" pour définir cette autoroute urbaine censée boucler le périphérique de Lyon à l'Ouest d'ici 2030. Si le débat sur sa nécessité ou non fait rage depuis bientôt vingt ans, de nouveaux arguments pour défendre le projet sont apparus depuis quelques mois. Le plus important est celui d'un Anneau des sciences "propre", car emprunté par des véhicules électriques ou à hydrogènes.

Premier scénario hypothétique, si l'Anneau des sciences voyait le jour en 2030, une partie des véhicules vendus en 2018 pourrait circuler à l'intérieur. Or pour la seconde année consécutive, en Union européenne et Islande, la moyenne des émissions de CO2 des ventes de véhicules particuliers a augmenté selon l'EEA (agence européenne de l'environnement). Elle est désormais à 120 g de CO2 par kilomètres, soit une hausse de 2 grammes de CO2 par kilomètre par rapport à 2017. Ce chiffre est largement dopé par la vente des véhicules de type SUV. L'objectif de 95 grammes de CO2 d'ici 2021 semble inatteignable.

Deuxième scénario, entretenu par certains élus comme le maire de Lyon Gérard Collomb : porter sa confiance dans la science et promettre une structure uniquement empruntée par des véhicules à hydrogène ou électriques. Dans cette hypothèse, l'Anneau des sciences deviendrait plus "propre" avec un mythe classique "la pollution vient des motorisations des voitures". Or cette idée assez commune est fausse.

Le mythe des voitures électriques et hydrogènes "propres"

Dans son rapport intitulé "Particules de l'air ambiant extérieur", l'agence nationale de sécurité sanitaire, alimentation, environnement et travail (ANSES) met en lumière les particules fines et ultrafines émises par les véhicules. Certains de ces composants volatiles sont si petits qu'ils peuvent passer dans le sang, atteindre le cerveau ou se loger dans le placenta des femmes enceintes. Ils ne peuvent pas être bloqués par les masques ou muqueuses. Pour l'Anses  : "les preuves d’effets néfastes sur la santé liés à l’exposition aux émissions issues du trafic routier sont fortes".

Néanmoins, une partie de ces particules ne sont pas émises par les pots d'échappement, mais issues de l'usure et de l'abrasion : pneus, freins, chaussée. Véhicules thermiques comme électriques ou a hydrogène participent ainsi à l'émission de ce type de particule, souvent de plus petites tailles .

En parallèle du rapport de l'Anses, une étude d'un groupe d'experts britanniques pour le compte du gouvernement du Royaume-Uni a été publiée en juillet. Elle indique que 50 % de l'émission de particules dues aux transports provient des freins, pneus et routes, sans distinction de motorisation (lire ici). Dès lors, croire que les véhicules électriques ou à hydrogènes ne dégageront aucune pollution est également faux (c'est pour cela que les particules fines sont présentes dans le métro de Lyon, alors qu'il est électrique, lire ici).

"Surtout réduire le trafic"

Dans ce contexte, l'Anses préconise ainsi de "réduire drastiquement l’émission de polluants" notamment en encourageant des alternatives comme l'électro-mobilité,"le renforcement des transports en commun, de l’intermodalité et de modes actifs de transport comme la marche à pied ou le vélo", mais "surtout la réduction du trafic" (l'électro-mobilité étant également source de particules). Pour améliorer la situation, il faudrait que d'ici 2025, la vente de véhicules électriques bondisse de 40 % tandis que le trafic recule de 20 à 25 % (alors qu'il continue de progresser en France). Ce scénario très "ambitieux" semble pour l'instant très improbable.

En outre, l'Anses livre un constat implacable pour ceux qui imaginent une métropole de Lyon en 2030 remplie de véhicules non thermiques : "les motorisations électriques, l’hydrogène, etc., qui peuvent être des solutions efficaces pour réduire la pollution locale et les émissions de gaz à effet de serre sous certaines conditions, doivent être évaluées en tenant compte d’implications multiples (disponibilité et sources de l’énergie, matériaux, impacts environnementaux induits, etc.). Le transport « tout-électrique » à l’horizon 2025 ou même 2040 apparaîtrait alors sans doute assez peu réaliste".

Quant à la recommandation de l'Anses de réduire le nombre de véhicules, la réponse ne peut être dans la création de nouvelles structures comme l'Anneau des sciences. En effet, le phénomène d'induction de trafic tend à montrer que la création de routes supplémentaires entraîne une augmentation de ce même trafic . Si certains imaginent déjà que des véhicules vont se détourner de l'A6/A7 vers l'Anneau des sciences, il existe en réalité un vrai risque d'appel d'air contribuant à faire grimper le trafic sur l'agglomération, sans voir d'évaporation majeure sur les axes traditionnels (le tunnel de Fourvière brillant par sa trop grande efficacité). Pour l'instant, la science n'est donc pas venue au secours de l'Anneau, elle tend à donner les arguments pour son abandon.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut