Pierre Oliver Maire Lyon 2
Pierre Oliver, sur le plateau de l’émission « 6 minutes chrono », le rendez-vous quotidien de Lyon Capitale.

Lyon : le dépassement du budget d'investissement de la Ville fait réagir l'opposition

Vendredi, nos confrères de Tribune de Lyon ont fait écho de 147 millions d'euros de surcoûts des projets d'investissement de la Ville de Lyon. Des élus d'opposition dénoncent un manque de crédibilité politique.

Le budget d'investissement de la Ville de Lyon serait largement dépassé. C'est ce qu'annonce, vendredi 5 mai, un article de Tribune de Lyon, faisant état de 147 millions de surcoûts liés aux projets inscrits dans la PPI, Programmation pluriannuelle d'investissement. Le chiffre s'expliquerait par l'inflation mais aussi par l'apparition de nouveaux projets "non prévus", ajoutés successivement par les élus de la Ville, selon l'hebdomadaire.

"Décalage entre discours et réalité"

Dans l'opposition, Pierre Oliver, conseiller municipal et maire du 2e arrondissement, a tenu à réagir dans un communiqué. Il regrette que "les maires des 2e et 6e arrondissements n’ont comme d’habitude aucunement été associés à cette revue de détail de la PPI et des choix opérés sur leurs arrondissements".

"Cette dérive dans la conduite des affaires de la Ville nous inquiète à plusieurs titres", indique l'élu, qui pointe du doigt une "méthode peu respectueuse des électeurs qui ont fait un choix d’une majorité différente sur certains arrondissements", un "non-respect des engagements pris puisque certains projets disparaissent", ainsi qu'une "non-maîtrise des coûts laissant entrevoir une évaluation initiale hasardeuse et un manque de suivi des dépenses". Pour le président du Groupe Droite, Centre et Indépendants à la Ville de Lyon, "avec un décalage entre le discours et la réalité, cette majorité contribue à la décrédibilisation de la parole politique".

"Ce qui devait arriver arriva"

Pour Yann Cucherat, conseiller municipal et président du groupe Pour Lyon, le "dérapage des finances de la Ville" confirme les craintes ressenties depuis la présentation de la PPI. "Au fond, cette présentation montrait ainsi déjà que la NUPES refuse de faire des choix en conscience", a indiqué l'élu dans un communiqué, diffusé le 5 mai également.

"Ce qui devait arriver arriva, poursuit-il. Si l’inflation joue nécessairement dans
les surcoûts annoncés, la majorité NUPES aux affaires doit aussi assumer ses responsabilités. Sa gestion imprudente et son incapacité à choisir en conscience pour gouverner la conduit aujourd’hui à revenir sur certains projets
".

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut