21 des 31 policiers de la nouvelle brigade étaient réunis devant le Clip, sur la place Gabriel Péri ce lundi 7 février. (Photo Hadrien Jame)

Lyon : la nouvelle brigade de police dédiée à la Guillotière a été déployée ce lundi

Dévoilée au mois de décembre 2021, la création d’une brigade pérenne de 31 agents de police exclusivement dédiés aux quartiers de la Guillotière et de la Part-Dieu est effective depuis ce lundi 7 février. Une arrivée que les associations de commerçants et de riverains saluent alors que certains alertaient sur un déplacement du problème et un retour sporadique du marché sauvage place Gabriel Péri. 

Attendus avec impatience par les collectifs de riverains et de commerçants de la Guillotière pour apaiser leur quartier des phénomènes d’insécurités et d’incivilités récurrents, les agents de la Brigade spécialisée de terrain (BST), dédiée aux 3e et 7e arrondissements, sont arrivés ce lundi 7 février. C’est sous un soleil radieux, que le préfet du Rhône Pascal Mailhos, accompagné par le procureur de la République et le directeur de la Direction départementale de la sécurité publique (DDSP), a rencontré les 21 agents alignés devant le Clip, sous le regard de quelques habitants du quartier assis en terrasse pour siroter un café tout en gardant un oeil distrait sur cette revue d’effectif. 


"Ils sont conscients que nous sommes à un tournant de l’action que nous menons et ils savent qu’ils sont très attendus sur les résultats", Pascal Mailhos, préfet du Rhône


Le préfet du Rhône, Pascal Mailhos, le procureur de Lyon, Nicolas Jacquet, et le directeur de la direction départementale de la sécurité publique, Nelson Bouard ont échangé avec la vingtaine de policier de cette nouvelle BST. (Photo Hadrien Jame)

D’ici l’été ou au plus tard le mois de septembre, ces agents volontaires seront rejoints par 10 autres pour "assurer la tranquillité, apporter sérénité et calme au quartier et intervenir lorsqu’il y a des situations de délinquance", explique le préfet du Rhône. Ils patrouilleront sur le terrain de 14 heures à 1 heure du matin, tout en travaillant de concert avec les services de la police aux frontières et des douanes, "ils sont conscients que nous sommes à un tournant de l’action que nous menons et ils savent qu’ils sont très attendus sur les résultats, par nous, la justice, mais aussi par les habitants. [...] C’est la continuité de ce que nous avions annoncé dès novembre dernier", fait valoir Pascal Mailhos. 

Opérationnelle 7 jours sur 7

À savoir une réponse policière, notamment, d’importance pour pacifier le secteur de la place Gabriel Péri et qui s’était d'abord traduite par le déploiement temporaire d’une trentaine de CRS sur la place durant de nombreuses semaines pour éviter le retour du marché sauvage. Opérationnelle 7 jours sur 7 à la Guillotière et à la Part-Dieu, "deux quartiers qui ont le même besoin en termes de sécurisation constante" à entendre Nelson Bouard, le directeur de la DDSP, cette unité sera composée de policiers "aguerris, qui connaissent très bien leur secteur et la population délinquante qui peut y être active". 

Dès la fin de la présentation de la nouvelle BST des 3e et 7e arrondissements, les agents sont partis sur le terrain. (Photo Hadrien Jame)

Par ailleurs, à l’instar de ce qui peut être fait par les autres BST de la Métropole, jusqu’ici uniquement déployées dans des quartiers de reconquête républicaine de Vaulx-en-Velin, Rillieux-la-Pape, Vénissieux et du 8e arrondissement de Lyon, ces agents seront exemptés "d’un certain nombre de missions de police en dehors de la dissuasion, la sécurisation et la lutte contre la délinquance de voie publique dans ces quartiers", précise Nelson Bouard. 

Une arrivée saluée par les riverains et les commerçants

Une arrivée qui tombe à point nommé pour les riverains et les commerçants qui s’inquiétaient ces deniers jours de voir resurgir de manière sporadique le marché sauvage sur la place Gabriel Péri après plusieurs semaines d’apaisements. "Depuis quinze jours, trois semaines, beaucoup d’adhérents nous font remonter que le marché sauvage reprend progressivement. On verra, mais je pense que cette brigade peut faire du bien. On sait bien d’où on vient et où il ne faut absolument pas que l’on retourne, mais on se rend compte que la situation est très fragile", commente Nathalie Balmat, la porte-parole du collectif la Guillotière en colère.


"C’est quelque chose que l’on réclamait et que l’on avait proposé depuis le début de l’association il y a deux ans et demi", Nathalie Balmat, la porte-parole du collectif la Guillotière en colère


Un retour connu des services de la préfecture et de Pascal Mailhos qui se dit "très attentif à cela […] il faut être présent de manière continue pour éviter qu’un certain nombre de phénomènes ne se réinstallent", précise le préfet du Rhône. De son côté, Bruno Dupuis, le vice-président de l’association des commerçants du cours Gambetta, très mobilisée depuis plusieurs mois dans le quartier, se félicite de l’arrivée de cette brigade spécialisée sur les 3e et 7e arrondissements alors que, selon lui, le phénomène de vente à la sauvette et de petits trafics avait tendance à se déplacer. 

Le préfet l'a confirmé, "une attention particulière sera portée aux étrangers en situation irrégulière". (Photo Hadrien Jame)

Ne pas déporter le problème d'un quartier à l'autre

"Il y a eu un éparpillement du trafic, car on a des retours de commerçants qui nous disent que des vendeurs se sont installés au niveau de Saxe. […] L’arrivée de cette brigade c’est une réelle prise de conscience de l’action quotidienne de terrain à mener pour, dans un premier temps mettre fin au marché sauvage", explique le commerçant. C’est pour éviter ce phénomène que les agents de la BST patrouilleront de la Part-Dieu à Guillotière, car, comme l’explique le préfet du Rhône "on s’est bien rendu compte qu’il y avait des effets de report possible d’un quartier à l’autre". Bruno Dupuis, lui, espère qu’à "long terme le rapport de force va s’inverser et la crainte s’instaurer du côté des revendeurs" afin de pouvoir enfin commencer à "redorer l’image du quartier". 


"Il y a eu un éparpillement du trafic, car on a des retours de commerçants qui nous disent que des vendeurs se sont installés au niveau de Saxe", Bruno Dupuis, le vice-président de l’association des commerçants du cours Gambetta


Pour cela, les commerçants espèrent un soutien de la mairie pour mener des opérations commerciales et attendent les diverses évolutions urbanistiques promises la ville et la Métropole et qui doivent débuter dans les prochains mois. Toutefois, et le vice-président de Gambetta commerces insiste sur ce point, avant, il faut "que les gens aient envie de venir [à la Guillotière, NDLR] et pour qu’ils aient envie de venir il faut qu’ils puissent être sereins sur le long terme en se disant je peux fréquenter tranquillement mon quartier". Toute l’ambition de cette nouvelle brigade de police.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut