Image d’illustration. (© Tim Douet)

Lyon : deux supporters Lyonnais arrêtés après les violences lors du match entre le Paris FC et l'OL

Près d’un mois et demi après les violents heurts survenus en tribune lors du match opposant le Paris FC à l’Olympique Lyonnais en Coupe de France, deux supporters  du club lyonnais ont été interpellés et placés en garde à vue. Ils sont soupçonnés d’avoir pris part aux violences.

Les graves incidents survenus dans les tribunes du stade Charléty, à Paris, le 17 décembre dernier lors du match de Coupe de France entre le Paris FC et l’Olympique Lyonnais avaient suscité un tollé dans le football français et au-delà. Les violents heurts entre supporters, qui avaient éclaté à la mi-temps de ce 32e de finale, avaient coûté leur place dans la compétition aux deux clubs.

Depuis, l’enquête menée par la justice et les forces de l’ordre a permis d’identifier plusieurs ultras parisiens suspectés d'avoir participé à l'échauffourée et deux d’entre eux doivent être jugés pour "violences en réunion", quand huit autres se sont vu infliger une interdiction administrative de stade pour plusieurs matchs. 

Jugés en septembre 

Ce mardi 1er février, près d’un mois et demi après les incidents, deux supporters de l’Olympique Lyonnais ont été interpellés et placés en garde à vue par les forces de l’ordre. Âgés respectivement de 21 et 29 ans, selon RMC Sport ils auraient été confondus par des images de vidéo-surveillance transmises à la préfecture du Rhône et sont soupçonnés par les enquêteurs d’avoir pris part aux heurts dans le stade Charléty.

Laissés libres à l’issue de leur garde à vue, les deux jeunes supporters seront jugés au mois de septembre à Paris précise Le Progrès. L’un serait originaire de Saint-Genis-Laval, dans la Métropole de Lyon, et l’autre de Mâcon, en Bourgogne.


L'ensemble des sanctions de la commissions de discipline prises contre l'OL après les incidents sont à retrouver ici.

Pour retrouver toute l'actualité de l'OL, rendez-vous sur notre site partenaire dédié à l'actualité de l'OL, olympiqueetlyonnais.com

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut