Entrée de l’Hôpital d’Instruction des Armées Desgenettes ©Street VIew- Google Maps

Lyon : après la suppression de 300 postes à l'hôpital Desgenettes, FO évoque un "scandale"

L'Hôpital d'Instruction des Armées Desgenettes (HIA), dans le 3e arrondissement, va devenir une antenne hospitalière des armées (AHA), d'ici fin 2023. Une offre de soins qui évolue mais qui a de grandes conséquences sur les salariés de l'hôpital.

À l'HIA Desgenettes situé dans le 3e arrondissement de Lyon, 220 salariés sont militaires parmi les 400 travailleurs de l'hôpital. Selon le ministère des Armées, cela n'aura pas "d'impact sur l'offre de soins locale, très complète pour la patientèle civile". L'AHA fonctionnera grâce à une centaine de personnels et proposera notamment aux militaires et anciens militaires un "service de coordination du parcours de santé" et des "plateaux de réadaptation fonctionnelle". Dans un communiqué, le ministère des Armées indique que cela "permettra au service de santé des armées de mieux remplir ses missions au niveau national".

Cependant, près de 300 postes sont menacés suite à ce changement de statut prévu pour fin 2023. Après l'annonce de la ministre déléguée auprès de la ministre des Armées, Geneviève Darrieussecq, le syndicat Force Ouvrière HIAD n'a pas tardé à réagir. Il dénonce une "véritable casse sociale" et une "fermeture qui ne dit pas son nom".

Des salariés directement impactés

Il est reproché au gouvernement "d'attaquer le service public de santé" avec cette mesure. Dans un communiqué, le secrétaire général de FO Rhône Pascal Lagrue indique "qu'une telle décision apparaît incompréhensible et percute de plein fouet tout le personnel de l’Hôpital Desgenettes". "C'est scandaleux" ajoute-t-il.

Pour rappel, en 2020, près de 5 700 lits d'hospitalisation complète ont été fermés en France par le gouvernement.

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut