Lyon : 4ème édition du Village des recruteurs les 23 et 24 octobre

Après une troisième édition réalisée avec succès, le Village des recruteurs revient place Bellecour, mercredi 23 et jeudi 24 octobre de 9 heures à 17 heures. Sous la forme d’un "job dating", cet événement favorise la rencontre entre candidats et employeurs de divers secteurs.

Co-organisé par l’agence Aglaé-Events et la Métropole de Lyon depuis 2016, le Village des recruteurs est devenu un rendez-vous incontournable pour les entreprises qui recrutent sur une dizaine de villes en France. Lyon est l’opération centrale, représentant 4 fois une autre en ville en termes de recrutement. Tandis que la première édition accueillait une cinquantaine d’entreprises, cette année c’est plus de 100 entreprises qui seront présentes avec 5000 offres d’emploi. Antoine Tallis, dirigeant fondateur d’Aglaé Events, espère dépasser les 450 recrutements et franchir la barre des 9 000 visiteurs.

Un match entre ceux qui cherchent et ceux qui recrutent

Le Village des recruteurs est synonyme de proximité entre entreprises et candidats, avec tout un travail en amont pour préparer les candidats ayant besoin d’accompagnement : "chaque partenaire intervient à son niveau et joue son rôle" explique Antoine Tallis. Pour Fouziya Bouzerda, Vice-Présidente à la Métropole de Lyon déléguée à l’économie et à l’insertion, mettre en place un tel village c’est permettre à ceux qui veulent se faire embaucher d’aller à la rencontre des employeurs et des formations.

Expliquant que cet évènement a été pensé dans le cadre de la politique d’insertion de la Métropole, elle ajoute que le but était "que le match se fasse plus facilement entre ceux qui cherchent et ceux qui recrutent", et notamment faire bénéficier de l’emploi à de nombreuses industries innovantes implantées sur le territoire. Valérie Glatard, Conseillère déléguée à la métropole de Lyon en charge des politiques d’insertion sur le territoire, insiste sur le fait qu’elle forme une belle équipe avec F. Bouzerda puisqu’ensemble elles ont œuvré à réduire le gouffre entre économie et insertion : "notre souhait était de rapprocher le monde des entreprises avec celui de l’insertion, avec notamment la mise en place de la maison métropolitaine d’insertion, qui permet de re-calibrer l’accompagnement vers l’emploi".

L’accès à l’emploi autrement

Pourquoi se rendre à une telle opération de recrutement ? Parce qu’elle représente l’accès à l’emploi autrement. Dans le cadre du plan métropolitain d’insertion pour l’emploi, l’objectif de la Métropole lyonnaise était de moins axer les rencontres entre candidats et employeurs sur le CV et les compétences, mais plus sur les qualités de chacun. Pour Fouziya Bouzerda c’est un mode de recrutement innovant : « on rend l’accès à l’emploi plus facile, on laisse aux entreprises l’occasion de former, et on leur donne surtout l’occasion de mettre un visage et une personnalité sur un CV ». Son souhait d’ici 2020, c’est de mobiliser 1000 entreprises prêtes à engager de nouvelles actions d’insertion, à accueillir et former les demandeurs d’emploi lyonnais.

Pour Sarah Chopin, directrice de l’agence ACASS (agence de recrutement et d’intérim) participer au Village des recruteurs est synonyme d’accélération du processus de recrutement et de rencontres plus qualitatives. C’est également sur ce point qu’a voulu insister Charline Bresse (directrice adjointe du groupe Lavorel hotels), expliquant : "ce type d’évènement permet de faire face aux problèmes de recrutement (…) on ne veut plus se mettre de freins, maintenant on va surtout chercher des candidats qui ont envie et non plus ceux qui semblent avoir les compétences nécessaires au poste".

Pour plus d’informations et pour ceux qui veulent déjà postuler en ligne aux offres d’emploi : https://www.levillagedesrecruteurs.fr

à lire également
Le nouveau bilan de l'Agence régionale de santé pour ce jeudi 9 avril montre une hausse des hospitalisations, mais une baisse de pression sur les services de réanimation de la région Auvergne-Rhône-Alpes. Le respect du confinement durant le week-end de Pâques sera décisif face au coronavirus COVID-19.
Faire défiler vers le haut