LES GRANDS TRAVAUX DU NOUVEAU PREFET

Tour d'horizon de ces principaux chantiers.

1. La mise en œuvre du contrat de projets Etat-Région
Signé en mars, ce contrat fixe de, 2007 à 2013, les axes de l'intervention financière de l'Etat. La Région Rhône-Alpes attend que ces crédits se débloquent rapidement pour ne pas prendre de retard. Le préfet devra donc solliciter les différents ministères pour commencer à débloquer les 120 millions d'euros prévus pour l'enseignement supérieur et les 235 millions prévus pour le ferroviaire. Selon le degré de réactivité, les chantiers de la réhabilitation des campus de la Doua et des Berges du Rhône pourraient s'accélérer. Côté train, trois projets sont dans les cartons : le contournement est de Lyon, l'amélioration de la desserte de la rive droite du Rhône et la
modernisation des gares.

2. Répartition des fonds européens
En jeu, la répartition de 835 millions d'euros que l'Union Européenne peut verser en fonction des projets. L'UE doit logiquement accepter cette somme. Reste aux préfets et aux collectivités à animer les différents réseaux pour que ces fonds aillent rapidement aux bénéficiaires dans les domaines de la formation, de l'aménagement du territoire, du tourisme, de la recherche ou de l'innovation.

3. La liaison ferroviaire Lyon-Turin
Le préfet Lacroix avait réussi de faire signer le protocole d'accord entre l'Etat et les collectivités locales sur le Lyon-Turin. Un véritable tour de force puisqu'il a fallu se mettre d'accord sur le tracé, mais aussi sur le montant que chacun était prêt à mettre. Selon le texte, les collectivités devraient abonder à hauteur de deux milliards d'euros, les collectivités un milliard et l'Union Européenne 900 millions d'euros. Le préfet Gérault doit donc maintenant défendre ce protocole auprès des ministères pour qu'au niveau européen, la France place le Lyon-Turin sur la pile des projets transfrontaliers à réaliser, pour ainsi empocher les 900 millions d'euros.

4. La question Roms
L'un des dossiers sur lequel Jean-Pierre Lacroix a pris le plus d'initiatives. En janvier 2007, au lieu de procéder une nouvelle fois à l'expulsion d'un énième bidonville de Roms, il décide de missionner l'association Alpil pour assurer l'accès à un logement et, dans certains cas, à un travail aux 456 personnes. Cette opération unique en France par son ampleur a pris du retard, provoquant la colère d'une partie des riverains du camp qui aimeraient voir partir ces Roms au plus vite. Le nouveau préfet devra ainsi activer ses services et convaincre les collectivités pour trouver les solutions de relogement.

5. Les autoroutes A45, A89 et COL
A45, A89 et contournement ouest lyonnais (COL) suscitent une très forte opposition dans les communes de l'ouest lyonnais. Or leur construction est une compétence stricte de l'Etat. Le nouveau préfet, en première ligne, devra faire preuve de beaucoup de doigté pour arrêter le tracé de l'A45 qui doit permettre le dédoublement de la liaison Lyon/Saint-Etienne et du COL (prolongement du périphérique est). Quant à l'A89, le tracé est acté. Les oppositions des communes limitrophes se concentrent sur un tronçon payant entre l'A6 et l'A89 qui contribueraient à augmenter le trafic routier sur les routes secondaires. Encore une fois, au préfet d'appuyer ou non ces demandes. Le contournement ouest lyonnais (COL), le tracé est encore loin d'être défini.

MAIS AUSSI

Le dossier des personnes âgées
L'Etat a autorisé la construction de treize établissements pour les personnes âgées dépendantes. Le Conseil Général attend donc des financements qui tardent à venir.
La privatisation de l'aéroport Saint-Exupéry
Acté en mars 2007 par Dominique Perben, le changement de statut de Saint-Ex. L'ouverture du capital doit se faire progressivement jusqu'en 2013. Au préfet à piloter les opérations.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut