Hôtel de Région. @WilliamPham

Le siège de la région à Lyon perquisitionné, un proche de Wauquiez inquiété

Le siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes a fait l’objet d’une perquisition mardi 13 septembre dans le cadre d'une enquête préliminaire sur l'emploi de collaborateurs de Laurent Wauquiez et la rémunération de son homme de l’ombre, Ange Sitbon, par le Parquet national financier. 

Au mois de décembre 2020, le Parquet national financier s’était saisi de l’affaire Ange Sitbon, un proche collaborateur du président de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez rémunéré 9 000 euros par mois. Un salaire qui avait été épinglé par un rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC), datant de 2019, sur les premières années de la gestion Wauquiez (2016-2018). 

Lire aussi :

Près de deux ans plus tard, une perquisition a été menée mardi 13 septembre au siège de la région Auvergne-Rhône-Alpes dans le cadre de l’enquête préliminaire ouverte en 2020 sur l'emploi de collaborateurs de Laurent Wauquiez et la rémunération de celui qui est considéré comme le "baron noir" du président du conseil régional, Ange Sitbon. "C'est une procédure qui suit son cours", a réagi auprès de l'AFP le cabinet du président LR de la région, "comme depuis le début de cette enquête, la Région se tient à la disposition de la justice pour lui communiquer l'ensemble des éléments qu'elle jugerait utile". 

Une rémunération "disproportionnée" dans le viseur

Dans son rapport de 2019, la CRC, qui n’avait pas nommé Ange Sitbon, décrivait "la situation atypique d'un responsable de service", dont la rémunération mensuelle - "près de 9.000 euros nets" - représentait "plus du double" de la moyenne de celle de ses pairs au sein de la collectivité. Elle estimait que la fiche de paie du spécialiste de la carte électorale de Laurent Wauquiez était "disproportionnée". De son côté, l'exécutif régional avait justifié sa rémunération par le "haut niveau de technicité" et l'importance des missions de cet agent contractuel, engagé comme "coordinateur des relations aux élus". Autrement le service qui gère notamment la réception et la validation des subventions.

Concernant l’emploi de collaborateurs de Laurent Wauquiez, le PNF s’intéresse à une vingtaine d’emplois de chargés de mission vice-présidence, sur lesquels la CRC avait tiqué. Ces postes étaient alors pourvus par des agents contractuels de catégorie A, mais "assimilables" à des postes de cabinet, au-delà du plafond d'effectifs autorisé par la loi. 

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut