La Ville à vélo demande à la mairie d’Oullins d’annuler son arrêté sur le stationnement des vélos. (Photo La Ville à velo)

La Ville à vélo dénonce la "politique anti-vélo" de la mairie d'Oullins

Opposée à l'arrêté de la Ville sur le stationnement des vélos, l'association La Ville à vélo menace de saisir le tribunal administratif.

Le 13 décembre dernier, la mairie d'Oullins renouvelait son arrêté municipal limitant le stationnement des vélos à une liste de lieux prédéfinis. Opposée au texte, la Ville à vélo a donc écrit à la municipalité le 8 mars pour demander son annulation. "Il manque une bonne dizaine de sites dans cette liste", ajoute Frédérique Bienvenüe, co-présidente de l'association. De son côté, la mairie d'Oullins dispose de deux mois pour répondre. Délai au terme duquel la Ville à vélo pourra saisir le tribunal administratif en fonction de la réponse obtenue.

Plus de cyclistes, moins de stationnements

Dans un communiqué du 25 mars, l'association s’interroge ainsi sur la pertinence d'un tel arrêté, qu'elle juge disproportionné et injustifié. D'autant plus que "le nombre de cyclistes à été multiplié par quatre au Sud-Ouest de Lyon". La liste excluerait d'ailleurs plusieurs sites de stationnement dont les arceaux de la rue Raspail et de la place Anatole France. "Le stationnement des deux-roues en dehors des espaces mentionnés est interdit et considéré comme gênant", annonce ainsi le texte. En cas de non-respect de ces nouvelles règles, les vélos s'exposeraient à une immobilisation ou un placement en fourrière.

"Le nombre de cyclistes à été multiplié par quatre au Sud-Ouest de Lyon"
Frédérique Bienvenüe, co-présidente de la Ville à vélo
Tweet

Autre problème soulevé par la Ville à vélo : le manque d'aménagements pour circuler à vélo. "On rencontre des difficultés dans la majorité des rues, comme sur la Grande Rue et dans le centre", indique Frédérique Bienvenüe. L'association demande ainsi l'annulation du texte et la mise en place du "scénario 2" sur la Grande Rue d'Oullins. Lequel prévoit le passage de la Voie lyonnaise n°6 sur l'axe. "De nombreuses personnes y étaient favorables lors de la concertation publique de juin 2023", affirme la co-présidente.

"Personne ne s'est jamais plaint jusqu'ici, c'est un non-sujet"
Cabinet du maire d'Oullins
Tweet

Contactée par Lyon Capitale, la Ville assure quant à elle que l'arrêté mis en cause date de 2020. "Il a été pris dans un seul but, pouvoir retirer les vélos-épaves de manière légale quand ils sont accrochés", explique-t-on au cabinet du maire. Le texte serait donc resté inchangé en dehors de quelques rues venues compléter la liste. Par ailleurs, la mairie indique n'avoir jamais verbalisé de vélo ni fait retirer de non-épaves. "Personne ne s'est jamais plaint jusqu'ici, c'est un non-sujet". La municipalité maintient en revanche son opposition au projet de la Grande Rue : "Elle passerait en sens unique dans le sens de la montée, c'est impensable. C'est le seul lieu de passage pour rejoindre l'établissement Saint-Thomas d'Aquin".

Lire aussi : Voies lyonnaises : face à la Métropole, Oullins-Pierre-Bénite saisit le Conseil d'Etat

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut