Capture d’écran Mediapart.

La streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement : "ça ne se terminera jamais"

La streameuse diplômée de l'IAE Lyon, Ultia, a porté plainte pour cyberharcèlement. Elle reçoit des insultes quotidiennes depuis qu'elle a dénoncé le comportement sexiste d'un collègue streameur.

C'est un pas de plus vers un prise de conscience générale. Après les prises de parole de Maghla ou de la Lyonnaise Trinity sur le harcèlement et les montages pornographiques dont elles sont victimes en ligne et sur Twitch, c'est Ultia, diplômée d'un Master en marketing et vente à l'IAE de Lyon, qui porte plainte pour cyberharcèlement.

Tout a commencé lors du Z Event 2021. Le jeune streamer Inoxtag avait invité l'actrice mexicaine Andrea Pedrero qu'il surnommait la "sirène". Lors de son arrivée devant la caméra, le jeune homme lance aux milliers de téléspectateurs : "C'est une bombe atomique" ; "Elle a 29 ans, je suis encore puceau et c'est moi qui vais la soulever" ou encore : "J'ai le braquemart à fond".


"Sous couvert de blague, on peut en dire des choses homophobes, des choses sexistes, des choses racistes."
Ultia au jeune streamer Inoxtag après un dérapage en direct


Ayant eu écho de la scène qui se déroulait à quelques mètres d'elle, Ultia a alors demandé l'interruption de la séquence et dénoncé le comportement d'Inoxtag : "Sous couvert de blague, on peut en dire des choses homophobes, des choses sexistes, des choses racistes", a-t-elle lancé. Quelques minutes plus tard, les deux streamers s'expliquent et Inoxtag s'excuse. Mais sa jeune communauté elle, ne comptait pas s'arrêter là. Une vague de cyberharcèlement a déferlé sur la streameuse et ne s'est depuis, jamais arrêtée.

Des milliers de messages depuis plus d'un an

Au micro de Mediapart elle raconte : "Je commence à être fatiguée, je me dis que c'est infini et que ça ne se terminera jamais". Ultia déplore avoir bloqué au moins 4 000 comptes twitter qui participaient au harcèlement. La streameuse rappelle l'impact de ces messages sur sa carrière professionnelle : "On peut hésiter à m'inviter sur une émission parce qu'il va y avoir des critiques sous les posts d'annonce [...] Il faut aussi renforcer la modération sur les chats pour bannir les insultes et les menaces".

Elle dénonce enfin le manque d'action de la plateforme du groupe Amazon : "Pour moi Twitch n'a pas du tout réalisé la gravité de la situation ou en tout cas ils ne veulent pas la réaliser. On ne comprend toujours pas la situation dans laquelle je suis."

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut