Mirco Iadarola, directeur du parvis Part-Dieu, lieu d'échange entre l'Eglise et le monde du travail
Mirco Iadarola, directeur du parvis Part-Dieu, lieu d’échange entre l’Eglise et le monde du travail

"La beauté du travail, c'est qu'il met les hommes ensemble"

Mirco Iadarola est directeur du Parvis Part-Dieu, nouveau lieu d'échange à Lyon entre l'Eglise et le monde du travail. L'occasion pour "6 minutes chrono" de discourir sur le sens du travail.

Le diocèse de Lyon ouvre en ce début d’année un nouveau site orienté vers le monde du travail.

L’objectif est de marquer la présence de l’Église dans ce quartier en pleine mutation, avec l’ambition de proposer un lieu de vie spirituel et culturel à proximité du hub Part-Dieu. Ce lieu vise à créer un espace de formation et de rencontres ouvert sur le monde du travail : espace de co-working, salles de conférence, repas partagés, chapelle...


"La première raison pour laquelle on va au travail le matin, ce n'est pas parce qu'on pense à notre retraite, c'est pour pouvoir exprimer ce que nous sommes."


Pourquoi l'Eglise s'intéresse-t-elle au travail ?

"Tout simplement, parce qu'elle s'intéresse à l'Homme. Dans le travail, l'Homme a la possibilité de s'exprimer et l'Eglise pense pouvoir accompagner l'homme dans cette démarche, dans cette recherche d'un sens".

Les chrétiens ont toujours lutté à leur manière contre le désenchantement du travail. Comment l’Eglise espère-t-elle le réenchanter ? 

"La question du sens est le coeur de la question du travail. On aborde toujours, et surtout à notre époque, le travail sous un angle strictement économique. En réalité, la première raison pour laquelle on va au travail le matin, ce n'est pas parce qu'on pense à notre retraite, c'est pour pouvoir exprimer ce que nous sommes."

- Le pape François, en 2017, lors d’une Rencontre avec le monde du travail,  à Gênes, a dit que si "le pacte social se (construisait) autour du travail »"le véritable objectif n’était pas le revenu pour tous mais le travail pour tous ».  Partagez-vous ce constat ?

"Absolument. Quand vous voyez une personne au chômage, même si elle touche ses allocations, elle souffre car elle a du mal à trouver sa position et voir sa vraie valeur. Le beauté du travail, c'est qu'il met les hommes ensemble."

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut