Jerome Lavrilleux, lors du procès de l’affaire Bygmalion ©AFP

Jérôme Lavrilleux, condamné dans l’affaire Bygmalion, rempile à Rillieux-la-Pape

Condamné à deux ans de prison ferme ce jeudi dans l’affaire Bygmalion, Jérôme Lavrilleux va poursuivre ses missions auprès de la commune de Rillieux-la-Pape, dans la métropole de Lyon. Une ville dirigée par Alexandre Vincendet, un proche de l’ancien député européen.

Protagoniste du dossier Bygmalion, affaire judiciaire dont le verdict est tombé ce jeudi, Jérôme Lavrilleux sera aussi au menu du conseil municipal de Rillieux-la-Pape. La commune va entériner la conclusion d’un marché avec la société de conseils présidée par l’ancien directeur adjoint de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2012. Pacap Consulting avait déjà oeuvré pour la mairie de Rillieux-la-Pape de juillet 2020 au mois d’avril dernier.

Fait du prince ?

Le conseil municipal valide ce nouveau marché le jour où Jérôme Lavrilleux est condamné à trois ans de prison, dont deux fermes, pour abus de confiance et de complicité de financement illégal de campagne électorale. "Nous avons repassé un marché pour la communication institutionnelle et la gestion de crise. Trois sociétés dont Pacap ont répondu. Cette société était la moins disante et de loin. Je ne me suis pas occupé de ce dossier. Ce n’est pas le fait du prince.", souligne Alexandre Vincendet, maire LR de Rillieux-la-Pape. En juillet 2020, quand la commune avait commencé sa collaboration avec Pacap Consulting, la proximité entre Jérôme Lavrilleux et l’édile rilliard avait forcément été soulevée.

"Je ne suis pas pour la double peine"

Les deux hommes se connaissent depuis la fin des années 2010 et faisaient partie de la garde rapprochée de Jean-François Copé à la présidence de l’UMP. “Jérôme Lavrilleux est quelqu’un avec qui j’ai toujours discuté et qui est reconnu pour la pertinence de ses analyses. Je l’estime pour son professionnalisme. Il a fait une erreur et il y a eu une procédure judiciaire. Je ne suis pas du genre à détourner le regard de gens qui ont des difficultés. Je ne suis pas pour la mort sociale ou la double peine. Et puis ce n’est pas Jérôme Lavrilleux qui travaille pour Alexandre Vincendet mais Pacap Consulting qui effectue des missions pour la ville de Rillieux-la-Pape", justifie celui qui est aussi président de la fédération LR du Rhône.

Lavrilleux assume

"Ecoutez, j'ai sans doute commis des fautes. Je vais payer pour, mais pas celle qui m'avait été imputée au début de cette affaire. La présidente a reconnu qu'il n'y avait pas eu de constitution, de cagnotte, de détournement d'argent par qui que ce soit. C'est pour moi une grande victoire. Le reste, ça fait sept ans que je vis une forme de relégation ou d'assignation à domicile. Pour l'instant, mon état d'esprit, c'est de ne pas faire appel. J'en ai marre. Je ne pense pas avoir les ressources pour continuer longtemps à faire ça. Je vais voir. Mais à l'heure où je vous parle, je suis fatigué de tout ça. Depuis sept ans, la notion de soulagement m'est assez étrangère. J'ai pris perpète. Je ne tournerai jamais la page.", a déclaré Jérôme Lavrilleux, au sortir de la salle d’audience. La société Pacap travaille aussi pour la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut