Incident de niveau 1 à la centrale nucléaire du Bugey, près de Lyon

L’Autorité de sûreté nucléaire a publié un communiqué évoquant un problème de résistance de la tuyauterie dans le circuit de refroidissement du réacteur numéro 2.

Recrute plombier expérimenté pour tuyauterie capricieuse. L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a publié un communiqué d'incident concernant la centrale du Bugey, dans l'Ain, sur signalement de son exploitant, EDF. Ce dernier a remarqué des anomalies dans le circuit de refroidissement d'un des réacteurs.

Vulnérabilité du circuit de refroidissement

Si trois des quatre fuites repérées l'été dernier dans le circuit de refroidissement du réacteur 2 de la centrale du Bugey avaient rapidement été colmatées par des colliers d'étanchéité, la dernière se montre plus capricieuse. Et EDF avait demandé des analyses complémentaires sur cette fuite, avant de finalement décider de réparer la quatrième fuite en janvier. Mais les premiers résultats d'expertise "des tuyauteries déposées ont montré que l’épaisseur résiduelle des tuyauteries ne leur permettait pas de résister à un séisme du niveau du séisme majoré de sécurité", écrit l'ASN.

Un incident sans conséquences, selon EDF

Dans l'hypothèse – certes peu probable – de la survenue d'un tel séisme, le réacteur 2 n'aurait plus été refroidi. Or, le système de refroidissement est un des piliers de la sécurité dans ce type de centrales. "EDF aurait alors dû déployer des procédures plus complexes pour préserver le refroidissement du cœur du réacteur", explique l'ASN.

"Cet événement n’a pas eu de conséquence sur le personnel ni sur l’environnement de l’installation", précise encore le communiqué. EDF l'a ainsi classé au niveau 1 sur l'échelle INES (échelle internationale des incidents nucléaires).

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut