Les employés d’Arc-en-ciel en grève à la gare de Perrache @ Cheyenne Gabrelle

Grève des agents de nettoyage à Perrache : la Métropole agit

Alors que les agents de nettoyage de la gare routière de Perrache entament leur 8e semaine de grève, la Métropole de Lyon a envoyé une société pour nettoyer les déchets accumulés à la gare.

Alors que les agents de nettoyage employés par la société Arc-en-Ciel à la gare routière de Perrache poursuivent la grève, la Métropole de Lyon décide d'agir pour désencombrer les déchets qui s'amoncellent. Pour rappel, depuis le début de la grève au 10 octobre, aucune négociation entre les salariés de la société Arc-en-Ciel et la Métropole de Lyon, qui sous-traite le marché de nettoyage, n'a eu lieu. Même si, lundi 21 novembre dernier, la collectivité a évoqué, assumer "son rôle d'employeur territorial" dans le cas où les mesures du plan de sauvegarde négocié entre l'employeur et l'intersyndicale "ne permettent pas à certains salariés de trouver un poste correspondant à leurs compétences au sein de T2MC et leurs évolutions de carrières".

Les 22 salariés estiment que c'est à la Métropole de Lyon de leur trouver une solution de repli, avant la fin de leur contrat prévu le 31 décembre 2022. La collectivité ayant décidé de réserver son nouvel appel d'offres pour ce marché à des entreprises d'insertion, ce qu'Arc-en-Ciel n'est pas.

"La sécurité et la santé des passants remises en question"

Dans un post sur Twitter, le syndicat CNT SO des agents de nettoyage dénonce l'action de la Métropole de Lyon : "Bruno Bernard, on sait de quel côté de la lutte des classes vous êtes".


"Le sentiment qu'on a, c'est clairement une trahison de la part de la Métropole. On ne comprend pas pourquoi elle fait ça"
CNT SO de Lyon.


La collectivité a employé une entreprise ce jeudi 1er décembre pour "désengorger tout ce qui est possible d'évacuer, afin que la situation ne se dégrade pas trop". La CNT n'a pas été prévenue de l'intervention des salariés, envoyés à la gare par la collectivité. Interrogée par Lyon Capitale, la Métropole explique que l'amoncellement des déchets peut remettre "en question la sécurité et la santé des passants de la gare routière de Perrache". Elle rappelle également ne pas être l'employeur de ces salariés, mais attend un plan social de l'emploi (PSE) de l'entreprise Arc-en-Ciel pour pouvoir prendre une décision. La Métropole de Lyon n’entend pas aujourd’hui s’immiscer dans les affaires internes d’Arc-en-ciel, et considère que son seul interlocuteur est son représentant légal à qui elle demande "de respecter le contrat de prestation passé en 2018, et de s’assurer que des prestations de nettoyage définies dans le cahier des clauses techniques particulières sont bien réalisées".

Les agents de nettoyage précisent ne pas mettre en danger la santé des passants : "quand il y a des bouts de verres ou des objets tranchants, bien sûr qu'on évacue, on ne veut pas que des enfants ou des adultes se blessent". Ils assurent également un service partiel du nettoyage de la gare avec deux nettoyages par jour des sanitaires et le changement des sacs poubelles tous les soirs.

Lire aussi :

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut