SDF
@ Robin Favier – Image d’illustration

Foyers pour SDF : seuls les plus faibles seront maintenus

Le plan froid se termine comme il avait commencé, par une fermeture progressive des places d'hébergement d'urgence ouvertes aux sans abri. Une gestion au thermomètre et à la tête du client qui provoque la colère des associations et de 39 sans abri à Villeurbanne.

Jean-François Carenco, préfet de la région Rhône-Alpes et Gilles May-Carle, directeur départemental de la cohésion sociale faisaient le point, ce jeudi, sur le bilan du plan de renfort hivernal.

Annonçant la "fermeture progressive" des places d'hébergement ouvertes depuis novembre aux SDF, ils ont chiffré à 451 le nombre de places déjà fermées depuis ce lundi, sur les 880 ouvertes cet hiver.

Ainsi, les villages mobiles de Villeurbanne et de Décines, les foyers Rousseau à la Mulatière, Créqui dans le 6e arrondissement de Lyon et la Calade à Villefranche-sur-Saône ont notamment fermé. Une décision basée sur la variation des températures et qui découle de l'instruction ministérielle du 26 septembre dernier.

Elle n'a pas manqué évidemment de provoquer la colère de nombreux acteurs associatifs. Le collectif de travailleurs sociaux "Réel engagement" a dénoncé "une gestion au thermomètre" malgré les effets d'annonce de l'ex-ministre du logement en 2012. Bernard Devert (Habitat et Humanisme) invite quant à lui les pouvoirs publics à "repenser l'action sociale" envers ces publics.

300 à 400 personnes remises à la rue

Quant aux bénéficiaires, principaux concernés, les plus valides ont commencé à être remis à la rue ce début de semaine. 300 à 400 personnes le seront progressivement selon nos calculs, environ 30% des personnes accueillies cet hiver affirme la préfecture. " 80% sont des déboutés du droit d'asile, c'est à dire des personnes qui sont destinées à quitter le territoire " justifie le préfet.

Seules " les femmes enceintes, les personnes avec des problèmes de santé et les femmes seules avec enfant de moins de un an " seront maintenus à l'abri. 501 personnes sur les 800 accueillies selon les chiffres donnés ce jeudi par la préfecture.

A Villeurbanne, 39 personnes, "des étrangers en situation irrégulière", "des squatteurs ordinaires" qui ''finiront par avoir une OQTF'', ont décidé d'occuper leur mobile-home en réaction à cette décision.

"J'ai demandé au propriétaire de déposer une requête judiciaire. Quand je l'aurai, je les expulserai" a commenté le préfet. "Le propriétaire a par ailleurs coupé l'électricité mais laissé l'eau". S'appuyant sur le Code de l'action sociale et des familles, le MRAP Villeurbanne qui soutient ces personnes envisage de porter l'affaire en justice.

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut