(Photo by JEAN-PIERRE CLATOT / AFP)

Fin des subventions de la Région à Sciences Po Grenoble : les Verts s'inquiètent des "dérives extrémistes" de Wauquiez

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé vouloir mettre fin aux aides allouées à l'IEP de Grenoble lundi soir après la suspension d'un professeur. Une décision qui ne fait pas l'unanimité, notamment chez les Écologistes de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, qui accusent Wauquiez de jouer "aux apprentis procureurs".

La décision est tombée lundi dans la soirée : le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, Laurent Wauquiez annonce couper tout financement et toute collaboration avec Sciences Po Grenoble suite à la mise à pied du professeur d'allemand, Klaus Kinzler. Ce mardi 21 décembre, les Écologistes élus à la Région n'ont pas tardé à réagir. Ils accusent notamment Laurent Wauquiez de jouer "aux apprentis procureurs" et posent la question de sa légitimité à "dicter à la Présidence d’une université, sa politique de gestion des enseignants et des enseignements ?". 

Lire aussi : Auvergne-Rhône-Alpes : la Région coupe ses financements à Sciences Po Grenoble après la suspension d'un professeur

Suspendu pour dénonciation d'une dérive idéologique de Science Po

Alors que le professeur dénonçait "une dérive idéologique et communautariste" de la direction de l'institut, les Écologistes rappellent que "les libertés académiques incombent de respecter les régulations internes des établissements". Ils ajoutent également que "les enseignantes et les enseignants sont jugés par leurs pairs conseil de discipline, sur la base de constats scientifiques ou de manquements comportementaux, et non pas sur des bases politiques".

Plus loin dans son communiqué, le groupe écologiste de la Région "s'inquiète des dérives extrémistes" de Laurent Wauquiez. Ils dénoncent notamment l'attitude du président de la Région qui "témoigne de sa grande connivence avec l'extrême-droite et de son aversion la plus totale pour toutes les organisations qui ont le malheur de penser différemment de lui", conclut le communiqué.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut