Michèle Rivasi
© Tim Douet

Fichage Monsanto : Michèle Rivasi veut "montrer les limites à ces gens-là"

Citée dans les fichiers de lobbying du géant Monsanto, la députée européenne écologiste Michèle Rivasi annonce qu'elle va porter plainte. L'élue, furieuse, fustige "la toute puissance des lobbies qui outrepassent la loi".

Révélée par Le Monde, l’affaire a fait grand bruit. Des agences de communication travaillant pour le géant du pesticide Monsanto ont fiché des centaines de personnalités françaises, politiques, activistes et scientifiques, en fonction de leur opinion sur le glyphosate. Noms, prénoms, informations personnelles, convictions… Une mine d’information secrète complètement illégale récupérée pour peser sur les décideurs. Michèle Rivasi, députée européenne écologiste fait partie des noms qui sont sortis dans cette affaire. Furieuse, elle décide de porter plainte et annonce que tous ses collègues cités dans ce document feront de même. "C’est tout bonnement inadmissible. Cette toute puissance des lobbies qui outrepassent le droit est infernale. Ne pas porter plainte, c’est banaliser ces méthodes. Il faut montrer les limites à ces gens-là" fustige l’élue. Très active sur le dossier du glyphosate qui a occupé l’espace médiatique il y a quelques années lors de sa réautorisation européenne, Michèle Rivasi s’insurge d’autant plus de cette incursion dans sa vie privée qu’elle connaît les difficultés d’obtenir la moindre information auprès du géant Monsanto quand il s’agit de prendre des décisions. "Lors des débats sur le glyphosate, nous avions tenté de faire venir Mosanto pour discuter, ils n’avaient jamais voulu venir au parlement. Il y a un sentiment de tout puissance" précise la députée.

La présence de lobbies au parlement européen est largement connue, et le sujet est brûlant. Ceux de Monsanto sont particulièrement actifs, si bien qu’ils avaient été interdits d’entrée au parlement lors des débats sur le glyphosate. Pourtant, de nombreux lobbyistes d’autres industries arpentent toujours les couloirs du bâtiment de Bruxelles, et l’idée qu’ils utilisent les mêmes méthodes que ceux de Monsanto est tout sauf saugrenue. "Le lobby du tabac par exemple avait employé la même stratégie. Nous avons toujours eu des soupçons sur ces fichages. Là ce qui est choquant, c’est le niveau d’organisation de la manœuvre qui est au passage complètement illégale". De nombreuses personnalités citées dans les documents ont déjà décidé de porter plainte, et le parquet de Paris a ouvert une enquête judiciaire.

à lire également
1 591 tonnes dans l’Allier, 35 dans le Cantal. Département par département, cette carte montre l’intensité de l’utilisation des pesticides, en précisant lesquels – glyphosate, S-métolachlore, soufre sublime, fosétyl-aluminium... – sont les plus présents.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut