tramway
© Robin Favier

Feu vert au prolongement de T2

tramway ()

© Robin Favier

ANALYSE - Un mois après sa prise de fonction, le préfet a signé la déclaration d'utilité publique au prolongement du tramway T2 vers Eurexpo. Pourtant le commissaire enquêteur avait délivré un avis défavorable. En ligne de mire de ce projet, l'organisation du salon Pollutec en 2012 et plus tard, plus loin, la desserte du Grand Stade.

Les promoteurs d'OL Land attendaient surtout la déclaration d'intérêt général, qui pourrait être prochainement signée par le Premier ministre. En guise de cadeau de Noël, ils ont eu la déclaration d'utilité publique paraphée par le préfet pour l'extension du tramway T2 vers Eurexpo. Ce n'est pas vraiment ce qu'ils ont demandé, mais c'est bien quand même. Ce projet est en effet essentiel pour la desserte du Grand Stade, qui sera accessible en navettes depuis Eurexpo. C'est en catimini que Jean-François Carenco (photo ci-dessous) a apposé sa signature, le 23 décembre. Le Progrès s'en est fait écho ce mardi. Cette décision infirme l'avis défavorable du commissaire enquêteur.

Un trafic supérieur à la branche actuelle de T2

Ce projet qui prévoit quatre kilomètres supplémentaires de rail va desservir quatre stations : place Curial, lycée Jean-Paul Sartre, parc du Chêne et Eurexpo d'ici à 2012. L'arrêté préfectoral estime que cette réalisation "contribue à répondre aux enjeux d'Eurexpo et à ses besoins de croissance". Elle "contribuera à augmenter la part des déplacements en transports en commun vers ce parc d'expositions, cette part devant passer de 12% des voyages à plus de 20%", développe l'exposé des motifs, document que nous nous sommes procurés ce mardi. Pourtant le commissaire enquêteur affirmait que "l'arrivée de T2 à Eurexpo ne règle en aucun cas le problème de l'accès des visiteurs à ce grand équipement" et, par ailleurs, que "la clientèle d'Eurexpo n'est pas à même à l'heure actuelle de justifier économiquement une desserte en transport lourd".

Parmi les arguments développés par le préfet, figure aussi l'amélioration de la desserte du centre de Bron, du lycée Jean-Paul Sartre, de la zone d'activité du Parc du Chêne et le CETE (3000 emplois). Le tram accordera une offre de transport à 7000 habitants. "Le trafic de cette extension sera largement supérieur à ce qu'il est sur l'actuel bout de ligne vers St-Priest, voire d'autres mises en service récentes comme celle du tramway T4". Il relève aussi que "le coût, 61.100.000 euros, et les atteintes à la propriété ne sont pas excessifs au regard de l'intérêt que cette ligne présente". Les expropriations devront être réalisées dans les cinq ans qui viennent. En conclusion, le préfet estime que "le projet T2 répond aux objectifs en termes de transports et de déplacements du Plan de déplacements urbains révisé, à savoir développer des lignes fortes de transport à l'Est et diminuer les flux automobiles entrant dans l'agglomération".

schéma ()

Le préfet "sous la pression des décideurs de l'agglomération"

Il s'agit là d'une argutie : le plan de déplacement urbain révisé en 2005 ne fait pas du tout mention du prolongement de T2. "La raison d'être de ce projet est bien plus la desserte du Grand Stade que la desserte d'Eurexpo", assène Béatrice Vessiller (Les Verts) qui siège au Sytral, autorité gestionnaire des transports en commun. Le schéma de desserte du Grand Stade présenté par le Grand Lyon place d'ailleurs Eurpexpo comme une des deux portes d'entrée d'OL Land (voir ci-dessus). Même si l'avis défavorable du commissaire enquêteur est consultatif, Vessiller estime que le préfet "fait peu de cas de l'expression des citoyens". "Il est sous la pression des décideurs de l'agglomération. C'est un projet qui n'est pas prioritaire pour les habitants de l'agglomération", souligne l'élue Verte. Elle plaide en faveur de lignes de rocade, comme l'A8 (Vaulx-en-Velin/Vénissieux/St-Fons) qui pourrait desservir Eurexpo. Analysant le réseau actuel où les principales lignes de transport convergent vers Lyon, elle exhorte le Sytral à "aller de l'étoile vers la toile".

Les tracés étudiés

Robert Thevenot (app. UMP) qui siège aussi au Sytral accueille favorablement cette décision du préfet. Il juge intéressante la desserte du parc des expositions en tramway "sans rupture de charge", même si une liaison depuis le pôle de la Soie serait selon lui "meilleure". Elle offrirait en effet un accès à Eurexpo depuis la Part-Dieu et l'aéroport St-Exupéry. Liaison qui pourrait être assumée par A8. Ce point est d'ailleurs relevé par le commissaire enquêteur.

plan T2 Bron ()

Tracé du tram T2

Au cours de l'enquête publique, le tracé suivant le boulevard des Droits de l'Homme "plus rapide mais desservant peu d'emplois et de logements" avait été invalidé et les habitants lui avaient préféré un passage via l'avenue François Mitterrand. Le commissaire enquêteur avait cependant avancé un 3e tracé, plus au nord, qui alimenterait la zone des Sept Chemins, "porte d'entrée de l'agglomération sur la route de Genas, point nodal routier important et terminus de 5 lignes de bus" (en haut du schéma ci-dessus). Mais la maire de Bron, Annie Guillemot, s'y oppose farouchement. Cette solution conduirait selon elle "à une dizaine d'expropriations" et à l'amputation de l'avenue Salvador Allende. Elle est aussi plus chère, selon Bernard Rivalta, le président du Sytral.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut