Un patient recevant une dose du vaccin Pfizer-BioNTech contre le Covid-19. @WilliamPham

En Auvergne-Rhône-Alpes, le Covid-19 a provoqué une surmortalité jusqu'à début 2022

L'épidémie de Covid-19 a provoqué une nette surmortalité en 2020 et 2021 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, selon un rapport de l'Insee publié mardi 28 juin.

Alors que la courbe épidémique du Covid-19 remonte en Auvergne-Rhône-Alpes en ce début d'été 2022, l'Insee s'est penchée sur la surmortalité des années 2020 et 2021 dans la région en raison de l'épidémie. Il en ressort qu'en 2020, lors des deux premières vagues épidémiques, l'Auvergne-Rhône-Alpes a fait face à une importante vague de décès.

Selon l'Insee, la région a enregistré plus de 80 000 décès en 2020 (contre 70 000 en 2019 année pré-Covid) et près de 75 000 en 2021. "En 2020, le nombre de décès a ainsi augmenté de 15 % en Auvergne-Rhône-Alpes par rapport à 2019. C’est nettement plus qu’au niveau national (+ 9 % en France métropolitaine). La région se place derrière l’Île-de-France (+ 19 %) et devant la région Grand-Est (+ 14 %). L’année 2021 affiche moins de décès que 2020, même si leur nombre reste nettement supérieur à celui de 2019", analysent les auteurs de l'étude.

Un pic de surmortalité en novembre 2020

La surmortalité liée à la crise sanitaire de l’épidémie de la Covid-19 dans la région se caractérise par la succession de vagues de décès qui sont intervenues entre mars 2020 et janvier 2022. C'est la deuxième vague épidémique à l'automne 2020 qui a été la plus létale. Sur cette période, l'Auvergne-Rhône-Alpes a enregistré une surmortalité de 38% par rapport à 2019 avec surtout un pic de surmortalité de 80% en novembre 2020. Sur la première vague au printemps 2020, le nombre de décès a augmenté de 19%. C'était alors moins que sur l'ensemble du territoire.

Durant les mois suivants, marqués par les campagnes de vaccination massive et la mise en place du pass sanitaire, la  région connaît une accalmie. Cependant, dès l’été 2021, avec l’émergence du variant Delta, le nombre de décès repart à la hausse (+ 7 % en juillet par rapport à 2019). Fin 2021, le variant Omicron génère une nouvelle vague de décès (+ 19 % en décembre par rapport à 2019), qui provoque le lancement des campagnes de rappel vaccinal. Le retour à la normale intervient au début de l'année 2022. "En février 2022, la région redescend en dessous de la barre des 7 000 décès mensuels", conclut l'Insee.

 

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut