Dessin rentrée scolaire père-fils 747

École, collège, lycée : pour une rentrée (et une année scolaire) zen

Retour dans les classes, ce jeudi, pour des millions d’élèves. Il va falloir se remettre au travail après deux mois de vacances… et adopter tout de suite le bon rythme. Les conseils de trois enseignantes pour garantir à son enfant une année scolaire épanouissante, qu’il soit écolier, collégien ou lycéen.

Mieux vaut éviter les petites phrases assassines dont les parents ont le secret : “Fini de rigoler maintenant”, “Cette année, c’est du sérieux”, ou encore “Pas question de lambiner comme l’année dernière” ! L’enfant a besoin de positif, pour attaquer la rentrée dans les meilleures dispositions. D’ailleurs, on tâchera de rassurer les inquiets (lire aussi ici pour les anxieux) en leur disant que les profs ont été des élèves avant eux, et qu’eux aussi ont un peu le trac le jour J. “Il faut les réconforter quant à la bienveillance des adultes, recommande Marie, professeure en CE2 à Lyon. Tout le monde veut que ça se passe bien.”

Primaire : de bonnes méthodes d’apprentissage

Les conseils de Marie, enseignante en CE2 à Lyon

“En tant qu’enseignante, je pars du principe que les enfants n’ont pas travaillé pendant les vacances, car ils ont besoin de se reposer. D’ailleurs, ils ne sont pas plus efficaces à l’école s’ils ont travaillé tout l’été”, estime Marie. En revanche, il est impératif que l’enfant ait repris progressivement le rythme, afin qu’il retourne à l’école en étant reposé. Car la rentrée réclame beaucoup d’énergie. “Chaque rentrée, c’est comme commencer un nouveau travail pour un adulte : l’enfant doit s’adapter à un nouveau groupe classe, à un nouvel enseignant, à un nouveau fonctionnement... Il doit être en forme.”

Dès les premiers jours d’école, l’élève doit se remettre dans un vrai rythme de travail, et s’y tenir. “Il ne s’agit pas de faire tous ses devoirs le mercredi pour être débarrassé. En fonction des années, l’enfant peut y consacrer une vingtaine de minutes par jour. L’exercice doit être fait la veille pour le lendemain. La leçon doit être revue le soir même, cahier fermé : l’enfant fait l’effort de se souvenir de son contenu, il cherche à l’intérieur de lui pour réactiver la leçon, puis ouvre son cahier. Il recommence deux ou trois jours après, puis la veille du jour où elle doit être sue.” C’est à ce prix que les leçons seront assimilées durablement.

Pour garantir une année douce et sereine à son enfant, il ne s’agit pas de le surcharger en activités extrascolaires. Il doit avoir du temps pour tout le reste : le jeu, les copains, le travail scolaire... De vrais moments de liberté nécessaires à son équilibre. “Deux activités extrascolaires – selon les besoins et les envies de l’enfant, et surtout s’il en est capable –, cela me semble le maximum. Il faut que l’enfant ait des moments où il ne fait rien. Durant ces périodes d’ennui nécessaires, son cerveau continue de fonctionner et il ne faut surtout pas les combler avec des écrans.”

Collège : miser sur l’organisation

Les conseils de Delphine, professeure dans un collège lyonnais

La rentrée, c’est l’occasion de (re)prendre les bonnes habitudes : ne pas terminer ses devoirs à une heure tardive, pas d’écran après le dîner, pas de portable pendant les devoirs ou dans la chambre après 20 h, pratique régulière de l’instrument de musique éventuel...

Pour ceux qui entrent en 6e, il faut aussi mettre l’accent sur l’organisation : les premiers temps, le parent jettera un coup d’œil au contenu du cartable pour être sûr que l’enfant emporte les bonnes fournitures pour le bon jour. On lui donnera aussi l’habitude de tourner les pages de son agenda pour qu’il ait le réflexe de s’avancer. Dans sa chambre, on peut afficher son emploi du temps, en y incluant ses activités extrascolaires, et pourquoi pas les tâches ménagères !

“Au collège, l’enfant ne doit surtout pas arrêter les activités extrascolaires”, estime Delphine. Mais chaque enfant doit faire selon son rythme. “On peut mettre à plat les emplois du temps de toute la famille à la rentrée, afin de voir si tout est bien équilibré, si le rythme est limpide pour tout le monde. Quitte à ajuster, voire à supprimer une activité extrascolaire si ça coince dans l’emploi du temps.”

Lycée : développer l’autonomie et trouver son rythme

Les conseils de Sybille, professeure de lycée à Lyon

“Au lycée, chaque rentrée signifie une vraie reprise”, souligne Sybille. L’élève se retrouve dans le bain dès le premier jour et doit faire preuve d’une grande autonomie. Toute la difficulté pour les parents va être de l’accompagner, du moins au début, tout en restant en retrait. “C’est le moment de prendre de bonnes résolutions, notamment en ce qui concerne l’utilisation du matériel. L’organisation doit être opérationnelle dès la rentrée. Beaucoup de lycéens sont fans de trieurs pour mettre leurs feuilles de cours. Seulement, ils doivent s’astreindre à le vider régulièrement pour ranger leurs documents dans des classeurs qui restent à la maison, sous peine de voir les feuilles s’entasser en désordre sur leur bureau. Le parent peut jeter un coup d’œil de temps en temps, pour s’assurer que c’est bien fait.”

Autre pierre d’achoppement : la prise de notes. L’adolescent doit en être capable en même temps que le prof fait son cours. “Certains enfants sont un peu perdus, car les professeurs les accompagnent plus ou moins. On peut vérifier, tout du moins au départ, qu’il y a bien du contenu sur ses feuilles.”

Une très grande autonomie est aussi réclamée au niveau du travail scolaire. “Certains élèves ont l’impression qu’ils n’ont rien à faire, parce que certains jours il n’y a pas de devoirs. Mais ils doivent prendre l’habitude de revoir quotidiennement leurs cours, de s’assurer qu’ils sont capables de refaire les exercices, de se les réapproprier, de revoir le mécanisme pour arriver à en tirer des outils méthodologiques. Il faut se dire qu’ils ont au minimum une heure de travail chaque soir, quand il n’y a pas de projet particulier.”

Au lycée, les personnalités s’exacerbent : les angoissés stressent encore plus, font plein de fiches, travaillent sans relâche... Il faudra les aider à prendre du recul, à savoir lâcher et se détendre. D’ailleurs, le rythme du lycée laisse encore à l’adolescent du temps pour faire une activité extrascolaire, voir ses amis... “Il ne faut cependant pas qu’il ait trop d’activités : certains dorment en cours car ils sont fatigués à cause d’un emploi du temps surchargé. L’adolescent doit trouver son rythme : cela peut arriver que ponctuellement il se couche plus tard, par exemple pour finir un travail, mais si ses parents doivent le réveiller systématiquement tous les matins il faudra revoir l’emploi du temps.”

Cet article est paru dans le mensuel Lyon Capitale en septembre 2015.
à lire également
Une école primaire
 Rares sont les enfants qui aiment, et savent, apprendre par cœur. Pour beaucoup, c’est une tâche fastidieuse, qui revient à apprendre bêtement et ne sert à rien. Pourtant, apprendre par cœur a un réel intérêt. Comment redonner ses lettres de noblesse à cet exercice pour le remettre au cœur des apprentissages ? Quelles méthodes proposer à son enfant pour l’aider ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut