Rectorat de Lyon
Le rectorat de Lyon. (Capture d’écran Google street view)

Une manifestation devant le rectorat de Lyon, une semaine après la rentrée

Six jours après la rentrée des classes, six syndicats d’enseignants de l’Académie de Lyon organisent un rassemblement devant le rectorat ce mercredi 7 septembre, pour demander le recrutement de tous les professeurs des écoles sur liste complémentaire, délaissés au profit de contractuels selon eux. 

La semaine dernière, à la veille de la rentrée scolaire la question de savoir s’il y aurait un professeur dans toutes les classes était dans toutes les têtes. Rassurante sur le sujet, l’Académie de Lyon assurait alors "nous aurons bien un professeur dans chaque classe pour accueillir les élèves à la rentrée". À en croire les syndicats, la promesse aurait été tenue dans les écoles.

Lire aussi : Le nombre d’élèves baisse à Lyon, 38 classes en moins à la rentrée dans les écoles

Afin de pourvoir tous les postes du Rhône dans le 1er degré, les services académiques ont notamment fait appel à 120 contractuels. Une solution que le rectorat relativisait lors de sa conférence de presse de rentrée, expliquant qu’au niveau de toute l’académie de Lyon (Ain, Rhône, Loire) les contractuels représentent environ "7% des effectifs. Soit moins de 1 000 postes". "Il faut relativiser tout cela, on a 45 000 professeurs sur les trois départements", soutenait alors Olivier Curnelle, le secrétaire général de l’Académie de Lyon. 

Les contractuele préférés aux inscrits de la liste complémentaire ?

Néanmoins la mesure ne passe pas auprès des syndicats qui estiment que le rectorat devrait en priorité s’appuyer sur les professeurs inscrits sur la liste complémentaire, au nombre de 130 dans l’Académie de Lyon, "qui eux ont réussi le concours d’une certaine manière, puisqu’on les a classés en estimant qu’ils avaient les qualifications pour l’avoir", soutient Jane Urbani, la secrétaire départementale du Snudi FO. "Ils font le choix de ne pas recruter de titulaire, pour ne pas avoir de nouveaux fonctionnaires. On commence à avoir une part non négligeable de contractuels dans le 1er degré comme c’est déjà le cas dans le second degré. Il y a quelques années il y avait 0 contractuel dans le Rhône au niveau du 1er degré", déplore la déléguée syndicale. 


"Ils font le choix de ne pas recruter de titulaire, pour ne pas avoir de nouveaux fonctionnaires", Jane Urbani, secrétaire départementale du Snudi FO


Dans un communiqué, les différentes organisations syndicales qui appellent à un rassemblement ce mercredi à 15 heures devant le rectorat, avant qu’une délégation ne soit reçue par le recteur Olivier Dugrip, estiment que "le recours toujours plus important aux contractuels précaires, sous-payés et non formés pour enseigner à nos élèves n’est pas acceptable". Sur les 130 professeurs présents sur la liste complémentaire, 60 auraient déjà été appelés, mais cela reste insuffisant pour les syndicats qui exigent l’embauche des 70 restants. 

D’autant qu’à entendre Jane Urbani ils seront essentiels dans les semaines à venir, lorsque "les absences et les arrêts maladie commenceront à fissurer la rentrée de façade" et que "les remplaçants ne seront pas disponibles" pour répondre aux besoins, certains ayant déjà été affectés dès la rentrée "pour combler des postes vacants à l’année". 

Lire aussi : Pénurie d’enseignants ? Pas dans le Rhône assure l’Académie, sans rassurer les enseignants

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut