Service de réanimation de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon. @Lionel De Souza _ avril 2020

Coronavirus : public/privé ensemble face au virus ? Comment ça marche à Lyon

Les interrogations reviennent souvent. Est-ce que le privé est aussi associé dans la crise du covid-19 ? A quelle échelle ? Le point sur la situation à Lyon.

Ils ont souhaité faire une mise au point. Pour répondre aux interrogations légitimes. Aux questions. Tout le monde est-il mobilisé par la crise du covid-19 ? Le privé aussi ?

"Face aux rumeurs, doutes, interrogations... les représentants des établissements publics et privés du territoire présentent une mise au point factuelle et documentée pour lutter contre les idées reçues", écrivent de concert ce jeudi 19 novembre les hôpitaux publics de Lyon, les puissants HCL (Hospices Civils de Lyon) mais aussi la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) en Auvergne-Rhône-Alpes, la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés non lucratifs (FEHAP) ou encore la Fédération Hospitalière de France en Auvergne-Rhône-Alpes.

A Lyon, un pilotage en trois "pôles"

A Lyon et sur le territoire du Rhône et du nord-Isère, le pilotage covid est assuré par les HCL (Hospices Civils de Lyon) pour accueillir au mieux les malades.

Ce dispositif "intègre l’ensemble des établissements publics et privés du Rhône et du Nord-Isère, soit plus d’une vingtaine d’établissements", précisent les HCL.

Le pilotage est organisé à Lyon autour de plusieurs "hubs" autour d'un établissement référent des HCL :

  • un hub nord, autour de l'hôpital de la Croix-Rousse (avec notamment la clinique de Rillieux, la clinique de la Sauvegarde, la clinique infirmerie protestante). Un hub nord relié au CH de Villefranche et à la clinique du Beaujolais
  • un hub centre, articulé autour de l'hôpital Edouard-Herriot (avec notamment l'hôpital Saint-Luc Saint-Joseph, la clinique Mermoz ou la clinique Natecia). Un hub centre relié au territoire de Bourgoin-Jallieu
  • un hub sud, organisé autour de l'hôpital Lyon-Sud. Un hub notamment relié aux hôpitaux de Vienne et de Givors.

De nombreux professionnels du privé sont venus renforcer le public

« Grâce à ce dispositif qui avait déjà fait ses preuves au printemps, chacun sait ce qu’il doit faire et comment il peut contribuer à la prise en charge de tous les patients qui ont besoin du système hospitalier », explique Laure Montagnon, directrice de l’Hôpital de Fourvière et représentante de la Fédération des Etablissements Hospitaliers et d’Aide à la Personne privés non lucratifs (FEHAP).

Par ailleurs, de nombreux professionnels paramédicaux d’établissements privés comme la Clinique Saint Charles, la Clinique du Val d’Ouest, la Clinique du Parc, la Clinique de la Part-Dieu, le Centre Médico-Chirurgical des Massues ou encore la Clinique Charcot sont venus en renfort, dans les hôpitaux publics de Lyon, depuis le début de la crise.

Mais aussi des infirmiers, des aides-soignants, des médecins retraités, des étudiants en médecine et pharmacie.

Le nombre de lits de réanimation plus que doublé à Lyon

" Chaque établissement de santé du territoire contribue au dispositif collégial mis en œuvre sur notre territoire. Chacun contribue à la prise en charge des patients Covid, ainsi que des autres pathologies urgentes, en fonction de ses capacités et de ses ressources. La solidarité fonctionne au quotidien sur notre territoire", souligne de son côté Frédérique Gama, directrice de la Clinique Charcot et représentante de la Fédération de l’Hospitalisation Privée (FHP) en Auvergne-Rhône-Alpes.

Enfin, en ce qui concerne le nombre de lits de réanimation, ils ont été plus que doublés sur le territoire de Lyon depuis le début de la 2e vague. Grâce notamment à la déprogrammation de toutes les opérations non urgentes sur le territoire de Lyon. Une augmentation significative des lits de réanimation dans le public, mais aussi dans le privé. Malgré cette nette augmentation du nombre de lits, de nombreux transferts ont dû être effectués, et continuent à être effectués, tous les jours, depuis Lyon vers d'autres régions, pour éviter la saturation.

Lire aussi : Coronavirus : à Lyon, les 5 choses à retenir sur l'évolution de l'épidémie ce jeudi

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut