L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
Hôpital de la Croix-Rousse © Tim Douet

Coronavirus à Lyon : comment avance l’essai clinique Discovery

Dans une vidéo publiée ce mercredi, la professeure Florence Ader, infectiologue dans le service des maladies infectieuses de l’hôpital de la Croix-Rousse des Hospices Civils de Lyon et chercheuse au Centre International de Recherche en Infectiologie, a fait un point sur l’avancée l’essai clinique Discovery qui prévoit d’inclure 3 200 patients européens dont au moins 800 patients français, pour tester plusieurs médicaments contre le coronavirus. Nous en restituons ici certains passages.

Qu'est-ce que ce protocole a de nouveau ? 

“C’est la première fois dans l’histoire épidémique que l'on est en capacité de mener une recherche en temps réel. En même temps que la pandémie progresse, on est capable de tester des médicaments sur la base des données médicales existantes afin de discriminer au plus vite les molécules efficaces, cela veut dire qu’elles entraînent une amélioration du statut clinique du patient, ou inefficaces. Lors de la grippe espagnole en 1917, première pandémie mondiale sur laquelle il y a eu de l'information, on n'a rien pu proposer. La seule chose qui a eu un effet c'est qu'à un moment on a atteint une immunité de groupe et la maladie s'est éteinte toute seule. Sur le VIH il a fallu plusieurs années avant d'avoir des médicaments. Sur Zika et Ebola, on a pu mener des recherches, mais on n'a jamais pu inclure suffisamment de patients pour avoir une idée précise de l'efficacité des médicaments utilisés.”

Que sait-on du coronavirus Covid-19 ?

“Ce que l'on sait de cette maladie c’est que chaque patient atteint contamine en moyenne une à deux personnes dans son environnement. Cela met en exergue l’importance de tenir le confinement dans la durée parce que c'est une maladie qui a une évolution assez longue. Il y a une première phase d'une semaine environ ou le virus pénètre l'organisme et se multiplie puisqu'il n'y a pas de réponse immunitaire. La 2e phase survient en général entre 7 et 14 jours, on constate que certains patients ont un état qui s'aggrave. On constate alors deux choses. Soit le patient ne met pas en place de réponse immunitaire ou très peu, parce que son système immunitaire ne fonctionne pas bien ou est freiné, à cause de médicaments par exemple. Ces patients-là ont une maladie évolutive qui peut aboutir à une défaillance de leurs organes. La 2e possibilité est que le patient développe une réponse immunitaire trop importante, et c'est cette réaction qui met en difficulté le patient.”

Quatre profils de patients 

“Il y a quatre profils de présentation de la maladie. Deux profils qui ne sont pas hospitalisés. Ceux qui ont très peu ou pas de symptômes et qui guérissent tout seuls. Et il y a les gens avec des symptômes importants qui motivent qu'ils soient hospitalisés. À l'intérieur de ce cadre-là, il y a des patients qui peuvent être en secteur d'hospitalisation conventionnelle parce que les symptômes sont modérés, et d'autres dont les symptômes sont plus sévères et doivent être mis en surveillance rapprochée, voire placée en réanimation.” 

Qui va avoir une réponse immunitaire adaptée ?

“Pour l'instant, en l'état actuel de nos connaissances, on ne peut pas le prédire. Actuellement il y a des protocoles de recherche plus axés sur les antiviraux pour réduire propagation du virus. C’est le cas de Discovery. Et d'autres essais qui travaillent sur la modulation du système immunitaire pour le stimuler ou le freiner.”

Combien de patients pris en charge dans Discovery ?

“Le protocole de Discovery s’adresse à des patients hospitalisés. Le 22 mars on a pu inclure les premiers patients. Actuellement, depuis le début de l’essai, 25 centres ont inclus entre 530 et 540 patients en France. L’objectif est d'inclure 800 patients au total en France avec répartition dans quatre bras de traitement fournis gracieusement par les laboratoires (le Remdesivir, le Kaletra, l’Interféron bêta, et enfin l’hydroxychloroquine).”

Quand seront publiées les premières données ? 

“Discovery est un essai randomisé, c’est à dire que ce ne sont pas les soignants qui choisissent d’attribuer tel traitement à tel patient pour que les données soient les plus fiables possible. On considère dans le protocole que pour évaluer les thérapeutiques, le meilleur moyen pour le faire c'est 15 jours après l'inclusion du patient. Pour l'analyse globale des 300 premiers résultats, il faudra que chaque patient passe ce cap. Il n’y aura donc aucune tendance avant la fin du mois d’avril. Et pour que ces résultats soient de plus en plus fiables, il va falloir y inclure les patients qui entrent au fil de l'eau. Cette analyse finale des résultats aura lieu au sein d'un comité indépendant international qui va analyser les données de façon indépendante.”

Retrouvez l’interview entière en cliquant ici

Traitements et vaccins  : les laboratoires de Lyon aux avant-postes

à lire également
1 commentaire
  1. PAUL Gabriel - 8 avril 2020

    Bonjour
    Je pense que nous verrons les résultats de Discovery, grâce à la diminution du nombre de personnes entrant en soins intensifs et de décès, avec augmentation du nombre de sorties.
    Ces résultats obtenus grâces aux traitements anonymes de Discovery.
    Les conclusions et les préconisations des spécialistes seront publiés bien plus tard.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut