Commission Balladur : de nouvelles frontières

A en croire les premières fuites, l'ancien Premier ministre s'apprête à proposer une forme de démantèlement. Les régions, dont le nombre serait réduit, gagneraient ainsi de nouvelles compétences. "On parle des routes et des collèges" confie le président de Rhône-Alpes Jean-Jack Queyranne (PS), pas tellement emballé à l'idée d'avoir à gérer près de 400 collèges : "L'argument de faire des économies ne tient pas, il faudra toujours entretenir ces équipements. Par contre, je suis demandeur de nouvelles compétences en développement économique, formation professionnelle, nouvelles technologies..."

"La disparition de Villeurbanne ou Caluire  !"
Mais les départements seraient surtout "dépecés" au profit des agglomérations. "Il faut que ce soit la même collectivité qui gère les politiques de cadre de vie et les politiques sociales. En milieu rural, on peut conserver une dichotomie, pas en milieu urbain" décrypte le député de Lyon et membre de la commission Dominique Perben (UMP). En clair, le Grand Lyon assumerait les compétences actuelles du département du Rhône. Notre confrère Daniel Navrot annonce une autre révolution : l'idée serait de faire du Grand Lyon "une collectivité territoriale de plein exercice et les villes qui les composent de simples "secteurs" ou arrondissements. C'est quasiment la disparition de Villeurbanne ou Caluire  !" Si tel était le cas, le maire de Villeurbanne Jean-Paul Bret (PS) promet une grosse résistance : "Quand Villeurbanne a créé la maison d'image et du son, l'adjoint à la culture de Lyon, Jacques Oudot, avait dit que ça ne servait à rien, puisqu'il y avait déjà la BM à la Part-Dieu... On a plus produit dans la concurrence, que si on avait été dans une métropole centralisée."

Au-delà, la réforme Balladur devrait redessiner complètement les frontières administratives que nous connaissons. Le Grand Lyon pourrait ainsi se voir annexer quelques communes voisines, dont la stratégique Satolas qui accueille son aéroport. Plus loin, c'est tout le mille-feuille administratif qui serait repensé. "On doit se débarrasser de l'idée de faire partout la même chose" prévient Dominique Perben. "Je pense qu'il serait intéressant de faciliter les fusions. Entre régions : on parle des deux Normandies, mais pourquoi pas une région Rhône-Alpes-Auvergne ? Entre départements : certains parlent de Drôme-Ardèche ou d'une seule Savoie. Pourquoi pas ? Entre départements et région : les deux départements et la région Alsace pourraient très bien ne faire qu'une seule entité. Ce sera aux acteurs locaux de se prononcer." Dead line pour ce big bang ? Les élections de 2014. Autant dire demain.
De "supers élus" locaux ?
Sauriez-vous citer tous les types d'élus locaux sans en oublier ? Les Lyonnais en ont cinq : les conseillers d'arrondissement, les municipaux, les communautaires, les généraux et les régionaux. C'est beaucoup trop pour la commission Balladur. Elle s'apprête apparemment à proposer de créer des "conseillers territoriaux", siégeant tantôt au département, tantôt à la région. Cette proposition fait même l'objet d'un consensus. Gauche et droite s'écharpent par contre sur la manière d'élire ces "supers élus".

à lire également

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut