Hopital
© Maxppp

Classement des hôpitaux de France : résultats en demi-teinte pour Lyon

Le Point a publié aujourd’hui son palmarès des meilleurs hôpitaux de France. En tête du classement, les CHU de Toulouse et Bordeaux. Derrière, les hôpitaux Lyon-Est décrochent la 23e place.

Au classement général du Point, Lyon n’a pas décroché la palme. Les hôpitaux Lyon Est se placent 23e, juste devant le CHU de Lyon Pierre-Bénite. En tête, on retrouve les CHU de Toulouse, Bordeaux et Lille. Pour figurer sur ce classement, les hôpitaux doivent avoir un service complet dans les disciplines médicales et chirurgicales. Les établissements privés du Rhône font de meilleurs scores. Dès la 4e place, on retrouve l’hôpital privé Jean-Mermoz, qui a pourtant été rétrogradé par rapport au classement de 2017. Le Rhône est le deuxième département comptant le plus grand nombre des cliniques classées, après la Haute-Garonne, avec l’infirmerie protestante de Lyon, située à Caluire (22e), la clinique du Parc (36e), la clinique de la Sauvegarde (37e) et la clinique du Tonkin à Villeurbanne (50e).

Bonne note pour la pédiatrie et les maternités

Les services de santé lyonnais se distinguent aussi pour leurs services pédiatriques : en chirurgie cardiaque pédiatrique, l’hôpital Louis Pradel se classe 3e avec une note de 17,28 sur 20, derrière deux hôpitaux d’Île-de-France. En pédiatrie générale, l’hôpital Mère-Enfant de Bron obtient aussi la médaille de bronze, derrière deux établissements parisiens. Pour les services de maternité, les établissements lyonnais se distinguent : la clinique du Val d’Ouest Vendôme (Ecully) figure à la 2e place du top 100 pour les accouchements simples, accompagné du CH Saint-Joseph-Saint-Luc qui décroche la 17e place et du CHU Lyon Sud Pierre Bénite qui se positionne à la 93e place. Pour les accouchements à risque, les hôpitaux Nord (Croix-Rousse) décrochent la 3e place et l’hôpital Mère-Enfant de Bron est 17e.

Le SAMU de Lyon parmi les mauvais élèves

Le classement des hôpitaux de cet année s’accompagne d’un autre palmarès tristement lié à l’actualité : celui du taux d’appels décrochés par les centres de SAMU. En décembre dernier, une jeune strasbourgeoise, Naomi Musenga, est morte après avoir été rembarrée par une opératrice du SAMU de Strasbourg. Le centre du Rhône se classe parmi les 20 plus mauvais : 80 % des appels sont décrochés dont 63 % en moins d’une minute, comme le voudrait la norme. En moyenne, le taux de décrochés est de 84 % , mais certains centres atteignent 100 %, comme le centre d’Annecy.

à lire également
La mère est révoltée par la décision de la Métropole de Lyon : suspendre pour quatre mois l'agrément de la nourrice qui gardait son bébé. Un enfant de 13 mois actuellement hospitalisé pour une greffe de peau au visage après avoir été grièvement brûlé par un fer à repasser.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut