Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture à Lyon © Antoine Merlet
Nathalie Perrin-Gilbert, adjointe à la Culture à Lyon © Antoine Merlet

Baisse des subventions de la Région, l’adjointe à la culture de Lyon saisit le préfet 

En réponse à la baisse des subventions de la Région à de très nombreuses structures culturelles d’Auvergne-Rhône-Alpes, l’adjointe à la culture de la ville de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert, a demandé au préfet d’étudier la légalité de ces décisions. À Lyon, près de 25 structures sont impactées par ces coupes actées ce mercredi 25 mai.

Ce mercredi matin, lors de sa commission permanente, la Région Auvergne-Alpes a acté la baisse de subventions régionales pour de nombreuses structures culturelles, pour un montant avoisinant les 2 millions d’euros à Lyon et de près de 4 millions d’euros au total au niveau de la région. Une décision vivement critiquée ces dernières semaines par les structures concernées informées au compte-gouttes par la Région elle-même, parfois, et dans la presse. 

Lire aussi : Nuits sonores, Woodstower, Maison de la Danse … la baisse des subventions de la Région s’allonge à Lyon 

À Lyon, les élus de la Métropole et de la Ville n’ont pas caché leur aversion pour ces coupes opérées par l’exécutif présidé par Laurent Wauquiez. À commencer par l’adjointe à la culture de la ville de Lyon, Nathalie Perrin-Gilbert, qui s’est emparée à bras le corps du dossier. C’est même dans la nuit de mardi à mercredi, confie-t-elle, qu’elle a terminé d’écrire au préfet pour lui demander d’étudier la légalité des coupes effectuées par le président de Région. 

"Attachée au principe de libre administration des collectivités, je suis également attentive au respect du cadre démocratique et républicain", écrit l’adjointe avant de lister ses griefs. Selon elle, les décisions prises par l’exécutif régional ne respectent pas la dernière délibération-cadre de juin 2017, qui définit "les orientations de la nouvelle politique régionale en faveur de la création artistique de la culture et du patrimoine". Celle-ci stipule en effet que la Région devra "particulièrement soutenir et promouvoir des actions d’intérêt régional, permettant de concourir à la diffusion en direction d’un large public, sur le territoire régional, des créations et de l’offre culturelle". Y sont listés les centres dramatiques nationaux, l’Opéra national, les orchestres professionnels, les centres chorégraphiques nationaux ou encore les scènes nationales. 

Trois possibilités pour la préfecture

Autant de structures qui font aujourd’hui les frais des coupes de la Région, à l’instar de l’Opéra de Lyon (- 500 000 €), de la Maison de la Danse (- 180 000 €) et du TNP à Villeurbanne pour ne citer qu’eux. 

De leur côté, les services de la préfecture du Rhône nous ont confirmé avoir reçu la demande de l’adjointe à la culture. Celle-ci sera étudiée à la réception de la délibération de la Région adoptée en commission permanente ce mercredi 25 mai. Trois options s’offriront ensuite aux services juridiques du préfet, soient ces derniers jugent ces baisses légales et la procédure s’arrête là, soient ils constatent une irrégularité et alors ils pourront demander à la Région de modifier sa décision et si cela n’est pas envisageable un déféré devant la justice est possible.

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut