Entrée de l’hôpital Edouard Herriot @WilliamPham

Avec le Ségur de la Santé, l'État promet 1,9 milliard d'euros en Auvergne-Rhône-Alpes

Dans le cadre du Ségur, le ministère de la Santé a annoncé un plan d'investissement de 1,9 milliard d'euros en région Auvergne-Rhône-Alpes en faveur des établissements médico-sociaux. En tout, ce sont 68 projets qui ont été retenus.

En déplacement au CHU de Grenoble, le ministre de la Santé Olivier Véran et la ministre de la Cohésion des Territoires Jacqueline Gourault poursuivent leur tour de France. Après les régions Bourgogne-Franche-Comté, Centre-Val de Loire, Occitanie et Normandie, c'est au tour des territoires d'Auvergne-Rhône-Alpes de connaître les détails du plan d'investissement adopté lors du Ségur de la Santé.

68 projets retenus en Auvergne-Rhône-Alpes

Après de longues concertations entamées en juin 2021, ce sont finalement 68 projets d'investissements effectués dans 63 établissements de la région qui ont été retenus dans la deuxième plus grande région de France. "Des projets mûrs en fonction du besoin des territoires avec un accent important sur le volet médico-social" explique le Docteur Jean-Yves Grall, directeur général de l'Agence Régionale de Santé d'Auvergne-Rhône-Alpes.

L'ARS a organisé deux grandes concertations avec les acteurs du territoire en mai et octobre 2021. La première réunion concernait l'explication du processus et des méthodes de travail. La seconde était exclusivement portée sur des conversations et dialogues avec les élus locaux et les professionnels du secteur sur les grandes lignes des projets retenus.

En Auvergne-Rhône-Alpes, les 1,9 milliard d'euros d'investissement s'inscrivent dans le projet régional de santé 2018-2028 basé sur 5 axes majeurs stratégiques :

  • conforter la gradation de l’offre de soins dans les territoires
  • impulser l’évolution de la réponse aux besoins de soins non programmés
  • consolider l’offre de soins spécialisée en cancérologie, en soins critiques, en santé mental
  • accompagner l’évolution de la dépendance et moderniser les Ehpad
  • réduire la trace environnementale des activités du soin

Des investissements en zones urbaines et rurales

Une typologie des projets fait indéniablement surface à la vue des établissements concernés par les investissements du Ségur de la Santé. Les zones rurales devraient faire figure de grandes gagnantes. "Il va y avoir des d'aides pour soutenir et développer l'offre de soins aux populations en territoires isolés" détaille Jean-Yves Grall. Ce dernier souhaite arguer les investissements "sur le sanitaire mais également dans le secteur médico-social. Tout cela en lien avec la médecine de ville". Pour illustrer ses propos, le directeur régional prend notamment l'exemple du Centre Hospitalier Fernand Lafont, en Ardèche, qui verra son offre de soins confortée.

Si les zones rurales vont profiter de ces nouvelles mesures, un soutien financier sera également alloué aux établissements de taille plus importante. Reprise de la dette ou aides dans les investissements mobiliers et immobilier, l'idée reste la même qu'en zones rurales : augmenter l'offre de soins, largement touchée par la crise sanitaire. Ainsi, les CHU de Lyon, Saint-Étienne, Valence ou Grenoble - dans lequel Olivier Véran est en déplacement -, verront leur capacité d'offre de soins augmenter et leur dette épongée. Par exemple, le Ségur couvrira 156,7 millions d'euros de la dette des HCL. Une bouffée d'air frais pour les hôpitaux lyonnais.

(Photo by JEAN-PHILIPPE KSIAZEK / AFP)

Les personnels soignants revalorisés

En Auvergne-Rhône-Alpes, les soignants en première ligne pendant la crise sanitaire ont également profité des Accords du Ségur de la Santé signés à Matignon par Jean Castex et Olivier Véran, le 13 juillet 2020. Ainsi, dans la région, selon le ministère de la Santé, 109 000 sages-femmes, infirmiers, aides-soignants et autres personnels d'établissements qui ont été revalorisés en 2020. 13 000 personnes d'Ehpad publics et 10 000 personnels du secteur médico-social ont également perçu des aides, détaille le Ministère. Des engagements qui se sont inscrits dès l'automne 2020 dans l'objectif de revaloriser les carrières des professionnels de santé.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut