Ardèche : des failles de sécurité dans la centrale nucléaire de Cruas ?

Des militants de Greenpeace ont été arrêtés ce matin après s'être introduits dans la centrale nucléaire de Cruas située dans l'Ardèche. Les militants écologistes souhaitaient alerter sur les failles de sécurité de la centrale.

L'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a "activé son centre d’urgence situé à Montrouge (92) à la suite du déclenchement par EDF du "plan sûreté-protection" de la centrale nucléaire de Cruas située dans le département de l’Ardèche (07)". Un plan déclenché après l’intrusion de plusieurs militants de Greenpeace sur le site de la centrale. "Ces personnes ont été interpellées par les forces de l’ordre et cette intrusion n’a pas eu de conséquence sur la sûreté des installations", a déclaré l’ASN. Par cette intrusion, qui a eu lieu ce mardi matin vers 6h20, Greenpeace souhaitait alerter sur la faillibilité du parc nucléaire français pour "qu’EDF prenne en main ce problème de sécurité nucléaire et entreprenne les travaux nécessaires à la sécurisation des installations les plus fragiles, en particulier des piscines d’entreposage de combustible usé".

Pour Nadine Reux, secrétaire régionale d'Europe Écologie- Les Verts (EELV) : "cela démontre une nouvelle fois la grande vulnérabilité des installations nucléaires françaises, et EDF n’est plus du tout crédible quand il parle de nucléaire sûr, notamment pour les habitants de Rhône-Alpes, région la plus nucléarisée de France". En effet, la région comporte quatre centrales nucléaires (Bugey, Cruas, Saint-Alban, Tricastin).

"Il faut cesser de mentir aux Français : en plus d’être un gouffre financier pour les contribuables français, EDF met physiquement en danger les populations et nos territoires", a ajouté l’élue régionale RCES Florence Cerbaï. Comme Greenpeace, EELV Rhône-Alpes attend désormais "qu’EDF prenne la mesure de cet énième événement et mette en place (enfin !) des solutions efficaces pour notre sécurité. Quant au gouvernement, il doit enclencher au plus vite la transition énergétique, pour sortir de ce fléau qu’est l’énergie nucléaire".

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut