La jeune Mila lors d’un passage sur le plateau de l’émission Quotidien. (Capture d’écran)

Affaire Mila : la jeune iséroise se confie au JDD avant la sortie de son livre

Alors que le procès concernant 13 prévenus jugés pour harcèlement en ligne et menaces de mort envers elle a été renvoyé au 21 juin prochain, la jeune femme est de nouveau la cible d'insultes et de propos haineux en ligne. Elle se livre au JDD dans un entretien poignant, quelques jours avant la sortie de son ouvrage Je suis le prix de votre liberté.

En janvier 2020, Mila, une jeune adolescente iséroise originaire de Villefontaine, près de Lyon, s'était retrouvée au coeur d'une polémique sur les réseaux sociaux, à la suite de la publication d'une vidéo critique à l'égard de l'islam et du Coran. Elle avait alors été contrainte de quitter son lycée dans l'Isère, et avait été placée sous protection policière en raison de menaces de mort. 

Dix-huit mois après et alors que le procès de treize prévenus jugés pour harcèlement en ligne et menaces de mort doit se tenir le 21 juin, après avoir été renvoyé, la jeune femme s'est longuement confiée dans les colonnes du Journal du Dimanche, de ce 13 juin. Elle revient notamment sur le déroulé de ce qu’elle appelle "l’affaire Mila" et se confie sur son livre, qui doit paraître le 23 juin. 


"Depuis le 18 janvier 2020, tous les jours de ma vie sont pris par des dépôts de plainte, des menaces à faire remonter." Mila


Un livre cathartique 

Elle présente Je suis le prix de votre liberté, son livre, comme un ouvrage cathartique, mais aussi comme un aboutissement. "J'ai toujours rêvé d'écrire un livre. Bon, j'imaginais que ce serait un roman fantastique… Écrire ce livre m'a fait du bien. [...] Depuis le 18 janvier 2020, tous les jours de ma vie sont pris par des dépôts de plainte, des menaces à faire remonter", confie-t-elle ainsi à nos confrères. Avant de réaffirmer ses propos tenus dans sa vidéo de 2020, même si aujourd’hui elle estime que cela lui "coûtera probablement la vie un jour". 

"Je n’arriverai plus à passer le bac"

À tout juste 18 ans, Mila avoue également ne "plus à avoir une vie à côté" de cette affaire, qui, selon elle, lui a coûté sa vie sociale et scolaire. "Toutes les portes se sont fermées pour les études et les métiers que j'aurais pu faire. J'ai envie de travailler soit avec les animaux soit avec les personnes âgées. Je sais que je n'arriverai plus à passer le bac", regrette-t-elle. Toutefois, elle ne veut pas se laisser abattre et déclare "je ne me donnerai pas la mort, je serai là demain".

Aujourd’hui, les réseaux sociaux, bien qu’ils soient à l’origine des maux qui l’affligent, se sont transformés en source de réconfort pour la jeune femme. "J'aime la bienveillance que me témoigne une grande partie de ma communauté sur Instagram. J'aime toucher le cœur des gens avec ma voix. […] J’arrive à me sentir exister grâce à tous ces gens qui me suivent", explique-t-elle. Avant de laisser entendre à nos confrères que, "comme beaucoup de jeunes", le travail d’influenceuse ne serait pas pour lui déplaire. 

Elle témoignera également ce soir sur TF1, à 18h20, dans un entretien diffusé dans l’émission Sept à Huit. 

Lire aussi : Affaire Mila : "Je suis à nouveau attaquée de manière monstrueuse"

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut