Palais-Justice5© Fanny Mokas 2
© Fanny Mokas

Affaire Maëlys : à son procès, Nordahl Lelandais admet que "les coups étaient volontaires", sans intention de donner la mort

Deux semaines après l'ouverture du procès de Nordahl Lelandais pour le meurtre de Maëlys, c'était au tour de l'accusé de donner sa version des faits du drame survenu le 27 août 2017. "Les coups étaient volontaires, mais je n'avais aucune intention de donner la mort", assure le présumé coupable.

Ce vendredi 11 février marquait le dixième jour de procès de Nordahl Lelandais à la cour d'assises de Grenoble en Isère. Dans l'après-midi, c'était au tour de l'ancien militaire de livrer sa version des faits afin d'éclaircir les circonstances de la mort de la petite Maëlys, le 27 août 2017.

En pleure, Nordahl Lelandais a avoué avoir porté "des coups volontaires" à la petite fille de huit ans, sans "intention de lui donner la mort", lors de la soirée de mariage organisée à Pont-de-Beauvoisin en Isère et au cours de laquelle le drame était survenu. L'accusé a notamment donné plus de détails sur le déroulement de la soirée : selon lui, il a eu plusieurs brefs échanges avec Maëlys au cours de la soirée, notamment pour parler de ses chiens.

Ensuite, alors qu'il se rendait chez lui pour aller chercher de la cocaïne, il affirme : "Maëlys vient et me demande si je vais chercher mes chiens". Il l'a fait alors monter dans sa voiture. "Je reconnais c'est fou, c'est complètement fou, je n'avais aucune mauvaise intention", assure le présumé coupable.

"Je lui ai donné les coups. C'était volontaire"

Plus loin dans ses déclarations, Nordahl Lelandais indique être pris d'effroi. "En avril 2017, j’avais déjà tué un homme et je l’avais en tête constamment. J’ai eu peur. Et je lui ai donné les coups. C’était volontaire. Mais je n’avais aucune intention de lui donner la mort. Je sais pas ce qui s’est passé", relate l'homme de 38 ans en avouant une nouvelle fois le crime. 

Pourtant, l'accusé nie tout "crime sexuel". "Je n'étais pas du tout dans cette optique sexuelle, loin de là", insiste l'ancien militaire. "Je sais que je vais être condamné lourdement, je mérite cette peine bien sûr, je l'accepte parce qu'il y a une famille en face qui a de la peine d'avoir perdu une petite fille", conclut Nordahl Lelandais.

Lire aussi : 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut