La préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le maire de Lyon et Caluire-et-Cuire en train d'enlever le drapeau français pour découvrir la plaque @Martin Gaboriau
La préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes, le maire de Lyon et Caluire-et-Cuire en train d’enlever le drapeau français pour découvrir la plaque @Martin Gaboriau

À Lyon, une plaque commémorative "pour ne jamais oublier le sacrifice de Jean Moulin" 

Pour les 80 ans de l’arrestation de Jean Moulin, une plaque commémorative a été déposée sur la façade de l’immeuble du 2 Place Antonin Judard à Lyon 3, que le résistant a occupé clandestinement de septembre 1942 a juin 1943, avant d’être arrêté. 

Sous une pluie battante, drapeau à la main, il fallait de nouveau pour ses anciens combattants rendre hommage à Jean Moulin. Devant ce bâtiment du quartier de la Guillotière, ils sont venus en nombre à l’occasion de l’anniversaire de l’arrestation de la figure emblématique de la résistance. "Au pied de cet appartement, c’est devenu un endroit de recueillement", souligne Philippe Cochet maire de Caluire-et-Cuire. 

Une plaque de commémoration déposée 

Pour perpétuer l’histoire de Jean Moulin "et pour que personne n’oublie", exprime le maire de Lyon, Gregory Doucet, une gerbe de fleurs et une plaque ont été accrochées devant l’immeuble. Élus, membres d’associations et préfète de la région Auvergne-Rhône-Alpes, tous ont tiré sur ce petit bout de ficelle pour laisser apercevoir les inscriptions de la gravure. "Jean Moulin. Unificateur de la résistance a habité clandestinement dans cet immeuble de septembre 1942 au 21 juin 1943 jour de son arrestation à Caluire". Avec les yeux rivés sur ses mots un sentiment de fierté commune semble se dégager des visages de personnes présentent sur place. 

Plaque commémorative dépose devant l'immeuble dans le quartier de la Guillotière @Martin Gaboriau

La plaque commémorative déposée devant l'immeuble dans le quartier de la Guillotière @Martin Gaboria

Les derniers pas d’homme libre de Jean Moulin 

C’est en partant de ce lieu qu’il effectuera son dernier parcours d’homme libre avant de se diriger à Caluire dans la maison du docteur Dugoujon "ou devait se tenir une réunion importante pour unir les mouvements de résistance" appuie la fille du docteur Dugoujon, Frédérique Dugoujon. Un rassemblement qui n’aura pas lieu puisque la Gestapo arrêtera Jean Moulin, et certains de ses compagnons, le 21 juin 1943. "Que ce soit mon père ou Jean Moulin, ils étaient habités par ce sentiment de liberté", appuie la fille du docteur de Caluire-et-Cuire.

Après avoir déposé cette plaque commémorative dans le quartier de la Guillotière, une visite de l’ancienne maison de la famille Dugoujon aura lieu en fin de journée. 

Lire aussi : 21 juin 1943 : Jean Moulin trahi et arrêté

à lire également

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut