© Tim Douet
© Tim Douet
Article payant

Tables lyonnaises : Culina Hortus, (r)évolution culinaire

Adrien Zedda emballe à sa table végétarienne, hautement épicurienne, de la rue de l’Arbre-Sec (Lyon 1er). Le jeune chef vise une étoile Michelin ? Il a le niveau.

Vegan, carnivore, ichtyophage, phytophage, graminivore, omni-vore… Qu’à cela ne tienne ! À Lyon Capitale – “les esprits libres” (scriptum est) –, aucune intolérance (alimentaire) n’a cours. Toujours est-il que les palabres culinaires tournent d’ordinaire autour de la viande. Et, à Lyon, force est de reconnaître que le gone est plus adouci aux gratons, au saucisson, aux clapotons, aux amourettes et aux rognons qu’aux graines germées et autre tofu snacké. Il n’empêche que, depuis plusieurs années, on me met au défi de coter un restaurant végétarien (parce que je suis comme feu J.P. Géné, le critique gastronomique du Monde, “je ne vais pas chez un boucher, je rends visite à mon boucher”).

Il vous reste 84 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Détail d’un dessin de Kanellos Cob pour Lyon Capitale
Dans la liste des ingrédients du succès du modèle lyonnais, l’apport européen est rarement mis en avant. Il va pourtant de pair avec la dynamique économique et culturelle de Lyon. Dans la culture, avec Arty Farty, comme sur le plan institutionnel, Lyon tente de développer son propre réseau européen : celui des capitales économiques à défaut d’être des capitales nationales.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut