DSC02263

Déjeuner au bord d'un nid de coucou

Le restaurant de mois. À 30 minutes de Lyon, un resto en bord de piste.

Qui a dit que la restauration n’était pas raffinée dans les aéroports ? Sûrement pas Nicolas Le Bec qui a tenté avec succès le concept, à Saint Exupéry.Ni Fabrice Taillard, à l’aérodrome de Frontenas, dans le sud du Beaujolais. La comparaison s’arrête là :ni les aérogares, ni la cuisine ne boxent dans la même catégorie. Alors il faut certainement être un doux-dingue pour s’installer dans ce coin perdu, en lisière de la départementale 338 et au bord d’une piste d’avions et d’hélicoptères... À écouter le trentenaire, retraité de quinze ans de gestion de relation client dans l’informatique, pas le moins du monde. “Il y a du passage, des Champenois fortunés qui viennent faire l’entretien de leur hélico ici. Sébastien Loeb est déjà passé...”. La raison :Frontenas est l’un des rares aérodromes de la région à faire office de station- essence et à proposer un aussi bon service de réparation des coucous.Résultat : 21 000 décollages et atterrissages par an. Effet du résultat : on s’y arrête pour déjeuner. Mais pas pour du snack, version sandwichs-saucisse-frites dans un préfabriqué mal chauffé. Le chef Sébastien Vierne-Gonet, ancien second chez Lassausaie,soigne sa cuisine. Son émincé de tomates au tartare de thon s’enduit de sauce soja gingembre et s’amourache de noix de St Jacques poêlées ; côté “terrien”, l’escargot est travaillé en croquant sur une sauce légère à l’ail, dont le croustillant est réajusté d’une gaufrette pavot et sésame ; et le filet de boeuf sauce morille est d’une qualité rare. Le tout escorté de jolis flacons beaujolais (Chermette, Brun, bientôt Piron et Château des Jacques), bourguignons (pommard du domaine Germain & Fils), languedocien (domaine Puech-Haut) ou des côtes-du-rhône (domaine Chamfort). Quant à la déco, on a du mal à se dire qu’on est à la campagne tant elle est inhabituelle et léchée. L’endroit devrait rapidement faire des émules.

Vue du Ciel
Aérodrome de Villefranche-Tarare
69620 Frontenas
04 78 22 52 60.
Chef : Sébastien Vierne-Gonet
Gérant : Fabrice Taillard
Propriétaire : CCI de Villefranche-Beaujolais
Addition : formule (entrée-plat/platdessert) à 13,50 euros, menu à 25, 27 et 32 euros
Ouverture : le midi du mardi au dimanche, le soir jeudi, vendredi et samedi

à lire également
Lyon Capitale a rencontré Jérôme Bocuse, héritier de l'empire Bocuse. Le fils du "pape de la gastronomie" décédé le 20 janvier dernier, nous livre ses attentes et ses ambitions pour le groupe qu'il dirige.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut