P1020223

Dégustation : l'ultra top des vendanges tardives au Georges Five

Pour 15 euros, vous entrez au Paradis des plus fantastiques vendanges tardives du monde. C'est au Georges Five, dans le Vieux-Lyon, c'est tout le week-end. Et c'est indispensable.

Vous comptiez faire quoi ce week-end ? Non, parce qu'il s'ourdit un truc de barge dans le Vieux-Lyon. Chez Georges Five, au 32 de la rue du Boeuf (adjacent à la Tour Rose).

Le capitaine, Georges Dos Santos, et ses moussaillons vineux, organisent un week-end de dégustation autour des « vendanges tardives ».

P1020227 ()

Comme son nom l'indique, il s'agit de raisins cueillis plusieurs semaines après l'ouverture officielle des vendanges. Résultat : le fruit est récolté en surmaturité. Les arômes du raisin et la puissance des vins qui en sont issus sont accentués grâce au phénomène de concentration de sucres dû au dessèchement des grappes, ainsi qu'au développement de la pourriture noble.

P1020224 ()

Le vin de messe du Vatican

Au programme : pinots gris Trocken allemands, vins de glace (on ramasse et on presse le raison encore gelé, ce qui permet de ne recueillir que la partie sucrée du fruit), vins de paille (le raisin est séché en clayette sur de la paille), vins de roseau autrichiens (idem mais sur des roseaux qui absorbent plus vite l'eau) mais aussi banyuls, maury.

Parmi les raretés, des « vins de messe » issus de vignes appartenant au Vatican, « notamment les vins de glace produits 2 à 3 fois tous les dix ans ».

Avec du chocolat bio-équitable version « grand cru » de l'archipel de Sao-Tomé, au large des cotes gabonaises, encore appelée « l'île au chocolat » (1er producteur de cacao au début du siècle dernier). C'est l'un des chocolats les plus fins de la planète. 70 % cacao que certains qualifient de meilleur au monde.

Vous faisiez quoi ce week-end, au fait ?

P1020222 ()

Pratique

> Où ?

Georges Five

32, rue du Boeuf. Lyon 5e

04 72 40 23 30

www.georgesfive.com

> Quand ?

Samedi 11 et dimanche 12 décembre à partir de 11h00

> Combien ?

15 euros

à lire également
Lyon Capitale a rencontré Jérôme Bocuse, héritier de l'empire Bocuse. Le fils du "pape de la gastronomie" décédé le 20 janvier dernier, nous livre ses attentes et ses ambitions pour le groupe qu'il dirige.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut