Berra
©tim Douet

Jeunes avec Sarkozy : Nora Berra crée le débat à l’UMP

Nora Berra a annoncé mardi 22 juillet la création d’une association de soutien à Nicolas Sarkozy. Une initiative jugée “isolée” et qui fait grincer quelques dents au sein de l’UMP. Si, sur le fond, la décision semble faire l’unanimité, c’est sur la forme qu’elle irrite certains militants. Jointe par Lyon Capitale, Nora Berra s’explique sur sa démarche.

Nora Berra a décidé de mobiliser les jeunes autour de Nicolas Sarkozy avec la création de l’association “Jeunes avec Sarkozy”, lancée le 22 juillet. Cette décision répond, selon la principale intéressée, à une sollicitation des jeunes qui reconnaissent en Nicolas Sarkozy “la seule personnalité susceptible de préserver leur avenir”. “Son retrait a laissé un vide face aux défaillances de François Hollande, face aux difficultés actuelles de l’UMP et le FN qui drague la jeunesse avec un certain succès, ajoute l’ancienne ministre et vice-présidente des Amis de Nicolas Sarkozy. C’était donc le moment.” Cette “initiative de terrain” a été soumise à l’ancien président de la République début juillet. Il a laissé à Nora Berra “la liberté de la mettre en place”.

“Une initiative isolée”

Pour autant, la création de l’association a du mal à fédérer au sein du parti de droite. Pour Christophe*, militant UMP du Rhône, “Nora Berra a monté son association de manière totalement isolée. La plupart des partisans de droite n’ont pas compris cette annonce inopportune”. Antoine Pin, responsable départemental des Jeunes Populaires du Rhône, confirme que l’association est une “initiative isolée de la part de Nora Berra”. Jeunes avec Sarkozy n’est d’ailleurs pas officiellement reconnue par l’UMP et, comme d’autres militants, il a appris cette création “par voie de presse”. S’il privilégie une “position neutre” au vu de son statut, Antoine Pin ne trouve pas que ce “soit une mauvaise idée au fond, [mais] celle-ci aurait été encore meilleure si les militants avaient été prévenus”.

Sur ce point, Nora Berra rétorque : “Nous sommes tout sauf isolés vu le nombre des soutiens enregistrés en quelques jours”. Et de poursuivre : “Chacun est libre d’adhérer à l’association, qui n’est en rien en concurrence avec les Jeunes Populaires. Il s’agit au contraire d’une association qui a vocation à rassembler au-delà de l’UMP, et qui n’a pas à s’imposer un devoir de neutralité.”

“On aurait pu travailler ensemble”

Stéphane Tiki, délégué national des Jeunes Populaires, a lui aussi appris cette “initiative personnelle dans la presse”. Il ne voit pas d’un mauvais œil cette décision, même s’il “regrette [de] ne pas avoir été au courant”. Membre du collectif militant Génération Sarkozy, il déplore le fait de ne pas avoir pu “travailler ensemble”. Pour autant, selon lui, “toutes les initiatives sont bonnes pour mobiliser les jeunes autour de l’ancien président”. Pour Nora Berra, “il n’y a rien d’anormal” à ce que tout le monde n’ait pu être prévenu avant que la presse ne diffuse l’information. “J’avais l’accord du principal intéressé et cela est bien suffisant. Si vous attendez l’aval de tout le monde, c’est la meilleure manière de s’assurer que rien ne se passe…”, indique-t-elle. La conseillère municipale de Lyon justifie cette discrétion par une “volonté de confidentialité autour notamment des statuts définitifs de l’association”. Une fois ces statuts enregistrés, la presse a diffusé l’information comme prévu le jour de son lancement : “Quand la presse a commencé à diffuser l’information, nous avons pris le soin de prévenir au plus tôt un maximum d’interlocuteurs.”

Le choix d’Antoine Guérin pour présider l’association s’est avéré “naturel” pour Nora Berra, au vu de l’investissement de l’étudiant en droit : “Il a saisi cette opportunité, a participé à la rédaction des statuts. Normal que ceux qui s’impliquent le plus puissent prendre des responsabilités.”

Un retour de Nicolas Sarkozy ?

Pour l’ancienne députée européenne, l’objectif “ultime” de l’association est d’appeler au retour du “président des jeunes”. Il faut créer une dynamique de soutien du bilan politique pour la jeunesse de Nicolas Sarkozy. Dans l’optique où le principal intéressé reviendrait, l’association deviendrait “un soutien dans son travail et une force de proposition pour nourrir son projet”. Dans le cas contraire, “ce sera une déception”. La nomination de Brice Hortefeux en tant que parrain et l’avis positif donné par Nicolas Sarkozy démontrent qu’il est enclin à ce que ses soutiens se mettent en action.

Nora Berra, pour sa part, veillera au développement de l’association, même si elle souhaite que ce soit les jeunes eux-mêmes qui l’animent – “Il s’agit de préparer la relève générationnelle autour de Nicolas Sarkozy”. L’ancienne secrétaire d’État se félicite déjà des retours et des plus de 3 200 personnes qui soutiennent la page Facebook du mouvement en moins d’une semaine.

* Le nom a été modifié à la demande de l’intéressé.

à lire également
Interview - Candidat dissident à l’élection métropolitaine de Lyon, David Kimelfeld se retrouve parfois ramené à sa relation avec La République En Marche. Interrogé par Lyon Capitale, il détaille sa position avec le parti d'Emmanuel Macron et où il se situe par rapport à LREM avant le premier tour des élections.  
1 commentaire
  1. Epsilon - 2 août 2014

    '''''Cette décision répond, selon la principale intéressée, à une sollicitation des jeunes qui reconnaissent en Nicolas Sarkozy “la seule personnalité susceptible de préserver leur avenir”. '''''''Ha il s'agit en fait des 'jeunes héritiers avec Nicolas Sarkozy'?

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut