François-Xavier Pénicaud
François-Xavier Pénicaud.

FX Pénicaud (Modem) sera au meeting d’Emmanuel Macron

Le président du MoDem du Rhône, conseiller régional en Auvergne-Rhône-Alpes et membre de la majorité de Laurent Wauquiez, sera au meeting d’Emmanuel Macron ce samedi. Il s’explique pour Lyon Capitale.

Lyon Capitale : Pourquoi aller au meeting de Macron ?

François-Xavier Pénicaud : Je vais au meeting d’Emmanuel Macron avec une bienveillance à son égard. Au Modem, nous avons toujours soutenu l’idée qu’il fallait pouvoir construire des majorités de projet. Un projet régional est régional et un projet national est national. La question c’est quel est le projet dont on a besoin pour la France et quels sont les rassemblements que l’on peut construire de façon cohérente pour affronter la situation telle quelle est.

Vous souhaitez un ralliement de Bayrou à Macron ?

Le terme que j’emploierais ne serait pas ralliement. Nous avions dit que l’offre de rassemblement d’Alain Juppé était un compromis acceptable. Cette offre n’existant plus, nous privilégierons donc des options de rassemblement avec Emmanuel Macron. Avec lui, il semble qu’il y a matière à dialoguer pour donner une chance à un rassemblement. On voit d’ailleurs depuis le début de la semaine que l’un et l’autre reconnaissent qu’ils ont des points de convergence.

Emmanuel Macron a une dynamique et une modernité. Il n’a pas une philosophie politique qui puise ses racines dans l’histoire aussi loin que la nôtre. Bayrou l’a. Ce qui fait sa solidité. Nos mouvements peuvent trouver une complémentarité qui pourrait permettre de faire progresser un projet commun. Mais on ne veut pas un rassemblement pour un rassemblement.

Cela ne pose pas problème, pour vous qui êtes dans la majorité de Laurent Wauquiez à la région ? Pourrait-il vous sanctionner ?

Quand j’ai exercé ma liberté sur le fait que Laurent Wauquiez avait tendance à confondre vitesse et précipitation, je ne peux pas dire que ça n’a pas appelé certaines réactions. Dont certaines n’étaient pas à la hauteur des responsabilités qui sont les nôtres. Si jamais ils veulent, pour des raisons qui n’ont rien à voir, revenir sur leur engagement alors c’est leur souci. Mais je n’ai pas d’inquiétude.

à lire également
 L’été n’a pas permis de régler la querelle Collomb-Kimelfeld malgré l’implication d’Emmanuel Macron. Le président de la République a reçu les deux élus lyonnais à l’Élysée et les a exhortés à se mettre d’accord. Un statu quo qui contente les deux élus mais pourra difficilement durer. Chacun guette désormais le faux pas de l’autre.
2 commentaires
  1. Le Canut de Lyon - 4 février 2017

    En se ralliant à Wauquiez, il a gagné un poste de vice-président, l'ambitieux se dit maintenant qu'il y a un coup à jouer avec Macron... Un poste de secrétaire d'état ou de député ?

  2. Gérard Eloi - 4 février 2017

    Collomb ministre, Pénicaud sous-ministre... On rêve à Lyon. Ces utopistes a l'ambition démesurée oublient que leur Macron est encore loin d'être élu. Jusqu'à nouvel ordre, la fête de Saint-Uber, c'est le 3 novembre.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut