Lyon : une pétition contre les tarifs “exorbitants” du Rhônexpress


Par Thomas Frénéat
Publié le 31/07/2017  à 16:40
6 réactions

Une pétition a été lancée pour protester contre les prix “exorbitants” pratiqués par Rhônexpress, la navette qui relie Lyon à l’aéroport Saint-Exupéry.

La navette Rhônexpress, qui fait la liaison entre la gare de la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry © DR
© DR
La navette Rhônexpress, qui fait la liaison entre la gare de la Part-Dieu et l’aéroport Saint-Exupéry.

Pour rejoindre l'aéroport de Lyon, les voyageurs n'ont pas le choix et doivent payer le prix fort. Rhônexpress est la seule navette qui dessert Saint-Exupéry depuis le centre-ville, et ça se ressent dans le porte-monnaie. Un aller simple coûte 15,90 euros tandis qu'un aller-retour revient à 27,50 euros plein tarif. Des prix inadmissibles pour Lola, une étudiante de 23 ans qui a lancé une pétition en ligne pour mettre fin à cette situation. "Pour ce type de liaison, cette navette fait partie des plus chères d'Europe et est la plus chère de France", explique la jeune femme, avant d'ajouter : "Les prix sont juste exorbitants. À titre d'exemple, un aller au départ du centre-ville coûte le même prix qu'un aller en bus depuis Grenoble !"

“On nous impose Rhônexpress !”

Ce n'est pas la première fois que la ligne fait parler d'elle. Alors qu'elle était encore au stade de projet, beaucoup critiquaient déjà les prix annoncés. Il y a deux ans, une première pétition avait déjà été lancée, avec le même objectif qu'aujourd'hui : faire baisser les tarifs, ou au moins proposer un autre trajet. Adressée à Laurent Wauquiez, elle avait rassemblé plus de 4 000 signataires, mais n'avait rien donné de concluant. La cause du blocage : la situation de monopole dans laquelle se trouve Rhônexpress. En effet, le contrat de concession signé avec le Sytral est particulièrement verrouillé. Il établit notamment qu'aucune concurrence ne doit être faite à la navette. Dès lors, pas d'autre choix possible pour les Lyonnais. "On nous impose (...) Rhônexpress et ses tarifs", fustige Lola. Des tentatives avaient bien eu lieu pour sortir de ce monopole, mais elles ont à chaque fois avorté. En 2013, la navette low cost Go Airport avait obtenu l'autorisation de la Dreal pour faire la liaison, mais les diverses pressions ont eu raison du projet. En 2015, d'anciennes lignes de bus remises en circulation, qui permettaient aux voyageurs de rejoindre l'aéroport à un prix raisonnable, avaient provoqué la foudre de Rhônexpress. Ces lignes ont été supprimées en 2016, ce qui n’a pas empêché Rhônexpress d'assigner le Sytral au tribunal administratif, en demandant des réparations à hauteur de 2 millions d'euros.

 

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.3/5 (23 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
6 commentaires

"prix exhorbitants" lol il faudrait qd même pas abuser, c'est 2 fois moins cher qu'en uber, pas de bouchons, matériel flambant neuf qui a coûté la modique somme de 120 millions d euro, combien d année d amortissement si le billet était a 5€ et si on enleve les millions d euro de subvention AURA?

Signaler un abus | le 01/08/2017  à 11:21 | Posté par  Sylvano1  

En réponse à Sylvano1, le Rhone Express, à plus de la moitié, est financé par des fonds publics (43 millions par deux subventions départementale) et le consortium qui a emprunté 62 millions d'euros comprend la Caisse des dépôts et consignations ,qui est un acteur public, à hauteur de 36,6 % (22,69 million €). Avec un rapide calcul la part du public représente approximativement la modique somme 65 millions d'euros, soit plus de la moitié du cout total, il me semble logique de dire que le contribuable à déjà participer à son financement.

Ceci rappel étrangement ce qu'il s'est passé avec les autoroutes françaises, l'état finances, le contribuable trinque et Vinci s'en met pleins les poches.

Signaler un abus | le 01/08/2017  à 12:20 | Posté par  Gone69100  

A la lecture des comparatifs des tarifs, on voit que l'alternative Genève ou Lyon St Exupéry est en faveur de la 1°. Le problème de Genève c'est sa plateforme aéroportuaire, coincée entre sa métropole et la frontière française. Lyon St Exupéry a l'avantage d'avoir 2 000 ha, dont 900 de réserves foncières et un fort potentiel de developpement...si Air France et les caciques parisiens assouplissent le monopole nationale du hub centrale !

Signaler un abus | le 01/08/2017  à 22:44 | Posté par  Kasneh  

Je me rappelle le jour de cette décision...
A l'époque, un élu avait demandé "attendez... comparé aux bus actuels, ce tram coutera plus cher, laisser les gens plus loin de leur terminal, aura une fréquence de rotation moindre et moins de stations pour monter ou descendre... Accessoirement, la voie-ferrée a créer augmentera les impôts de 300 millions ! ils y gagnent quoi les gens là ?..."
Et les autres avaient répondu "les gens ?!? Les gens !?! arrête tes conneries stp..."

Signaler un abus | le 03/08/2017  à 10:01 | Posté par  inesP  

gone69100 c'est même encore pire qui ce que vous avancez, car le département, maintenant devenu métropole rembourse la mise de départ de vincy (3,5 millions par an), ce qui faisant dire à la Chambre régionale des comptes de Rhône-Alpes, dans un avis du 5 juillet 2007 que « le délégataire (la société Rhônexpress, ndlr) ne supporte aucune charge d’investissement ». C'est donc un véritable scandale car au final il s'agit d'un équipement public, dont l'investissement aura été intégralement sur fonds publics et dont les recettes vont à une entreprise privée durant 30 ans...

Signaler un abus | le 03/08/2017  à 16:04 | Posté par  Olivier69  

Si chaque billet RhônExress devait être vendu au prix d'un billet TCL, cela voudrait dire une subvention (argent public, donc vos et mes impôts) d'environ 14 euros.

Multiplié par près de 1,5 millions de voyages par an égale une subvention de 20 millions.
En fait ce serait sans doute plus, étant donné le prix attractif.

Mine de rien, 20 millions représente environ les deux-tiers de ce que le SYTRAL consacre chaque année à remplacer ses plus vieux bus par des neufs.
Je préfère voir cet argent utilisé pour renouveler les bus qui servent tous les jours que pour subventionner le billet des gens d'affaires et des touristes.

Signaler un abus | le 12/08/2017  à 11:57 | Posté par  Bernard  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.