Elina Brotherus
© Elina Brotherus

Lyon : les expos à voir en mai

Au temps des manifs, des défilés et des longs week-ends, le jour et même une nuit, les galeries et musées sont unitaires dans leurs choix ou leurs actions, observant ou refaisant ce monde.

“100 artistes en liberté” sont à Lyon, du 12 au 22 mai, au palais de Bondy pour tenter de rajeunir la cacochyme Société lyonnaise des beaux-arts et rouvrir ledit palais enfin rénové. Sur près de 400 m2, on retrouvera de jeunes talents ébouriffants, des artistes immergés et tant de ceux que les circuits institutionnels ne montrent pas.

Un choix a été opéré de n’exposer qu’une œuvre de chacun. Au visiteur de fouiller dans un coffre pour en découvrir (et choisir) d’autres.

18/20 quai de Bondy, Lyon 5e – Plus d’infos sur le site de la SLBA

Le MAC de Lyon et le festival Lyon BD s’associent pour proposer une exposition autour des éditions L’Association, ainsi qu’une rencontre (le 4 juin) avec certains des membres fondateurs et des auteurs (Lewis Trondheim, Killoffer, Ayroles, Jochen Gerner).

Du 20 mai au 12 juin, au musée d’Art contemporain.

France(s) Territoire liquide est à l’origine un collectif de photographes ayant pour but de poursuivre ensemble une recherche photographique sur le nouveau paysage français. Cette année, à Lyon, l’initiative se présente sous la forme d’un parcours dans 7 lieux : Le Réverbère, Archipel, Le Bleu du Ciel, la bibliothèque municipale du 1er, Regard Sud, L’Abat-Jour et la Mapraa (rue Chenavard).

Ainsi, le Bleu du Ciel expose Elina Brotherus (attention pas rue des Fantasques, mais à l’école Bloo, 10 bis rue de Cuire). Ses photographies se réfèrent au romantisme allemand, plus particulièrement aux peintures de Caspar David Friedrich (1770-1840) dans lesquelles le corps humain est placé, solitaire, au centre d’un paysage vide : montagne, mer de nuages, forêt, lac… Elina Brotherus se met en scène et en espace, se plaçant elle-même au centre de la scène. Elle étalonne ainsi la fragilité de son propre corps et de tout être humain face à l’immensité de la nature.

Du 13 mai au 18 juin.

Dans les musées, la nuit…

La 12e Nuit européenne des musées a lieu le 21 mai. Ce seront des nuits debout pour déambuler dans les salles habituellement endormies, au fil de diverses animations. Au musée des Beaux-Arts avec des élèves comédiens de l’Ensatt, au musée des Confluences avec le club d’astronomie du lycée Ampère pour des observations ou au rythme de la fanfare d’Haïti. Des visites aux chandelles sont prévues au musée des Tissus et de nombreuses propositions figurent au programme du CHRD, dont une lecture choc, Lampedusa Beach, autour des migrants.

Samedi 21 mai de 19h à minuit.

à lire également
Aperçu des expositions à voir en décembre 2018 à Lyon (montage)
Ce mois-ci, on voyagera dans le temps, avec de jeunes artistes tout juste sorties des beaux-arts, deux peintres nés dans l’entre-deux-guerres et un empereur dont on ne connaît souvent à Lyon que la table. Mais aussi dans la géographie, d’un Sud fantasmé aux Fidji de visu pour finir à Annemasse. Bonne route.
2 commentaires
  1. kstreaming - 13 mai 2016

    Merci Beaucoup Pour ce partage , moi j'aime regarder film , et merci pour ce article

  2. Sandrol - 16 mai 2016

    Et bien ça promet! 🙂 J'ai eu la chance de découvrir le collectif France(s) Territoire liquide en 2014 dans le cadre des Transphotographiques et j'ai hâte de redécouvrir leur créations avec cette nouvelle édition.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut