Rainforest Ville de Lyon
© Ville de Lyon

Le MAC Lyon appelle aux dons pour une forêt de sons

Pour s'offrir l’œuvre sonore de David Tudor "Rainforest", le Musée d'art contemporain de Lyon a lancé une campagne de financement participatif. 20 000 euros sont nécessaires pour compléter le budget.

Exposée au Musée d'art contemporain de Lyon dans le cadre de la Biennale d'art contemporain, l'installation sonore du pianiste et compositeur américain David Tudor pourrait rester définitivement à Lyon. "Cette œuvre permettrait au Musée d'art contemporain de Lyon d'être l'un des plus complets en matière d'espace sonore, détaille Thierry Raspail. C'est une pièce historique, qui me semble extrêmement importante." Imaginée et créée en 1968, "Rainforest" est construite à base d'objets du quotidien, dont la résonance est restituée grâce à des micros.

Pour qu'elle ne quitte pas le Rhône, Thierry Raspail, le directeur du MAC, doit réunir un budget de 120 000 euros, pour racheter l’œuvre aux héritiers de l'Américain, décédé il y a onze ans. Il peut compter sur la Ville de Lyon et sur le Fonds régional d'acquisition des musées, qui soutiendront le projet à hauteur de 100 000 euros.

Seulement 1 600 euros récoltés

En lançant une campagne de financement participatif en ligne, le musée lyonnais espère réunir les 20 000 euros restants. "Nous souhaitons avoir un soutien des visiteurs, de tous ceux qui aiment la musique et David Tudor, pour pouvoir clore ce budget d'acquisition", explique Thierry Raspail. Le don minimum est fixé à 10 euros, avec une déduction fiscale de 66 %. En d'autres termes, un don de 100 euros ne coûte que 34 euros en réalité.

 

Il est également à noter que des contreparties sont offertes à chaque donateur. Cela va de petits cadeaux (carte postale, badge...) à des soirées privées au sein du musée, pour des contributions plus importantes.

Ce dimanche, le MAC avait récolté un peu plus de 1 600 euros, en près de deux semaines. Il reste encore un mois et demi pour réunir les fonds nécessaires.

à lire également
Thierry Raspail à la Sucrière – Biennale d’art contemporain 2017 © Tim Douet
Entre son arrivée à Lyon en 1984 et ce qui l’y a retenu, le directeur du MAC, qui prend sa retraite ce vendredi, évoque pour Lyon Capitale le modèle “biennale”, l’évolution du public, les pratiques visuelles actuelles, mais aussi ses rapports avec les élus et ce qui manque à Lyon selon lui. Un grand entretien pour découvrir comment un Grenoblois fan de rugby a pu s’enraciner à Lyon.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut