photo

Bronca aux Nuits de Fourvière : le grand malentendu

Les 4 000 spectateurs venus voir ce jeudi Jacques Higelin et Stephan Eicher ont sifflé à l’arrivée des 400 privilégiés qui se positionnaient sur des emplacements réservés, au centre de l'arène. Comme souvent.

Un internaute nous a contacté, furibard. La scène se passe aux Nuits de Fourvière, ce 18 juillet. Le public se presse pour voir Jacques Higelin et Stephan Eicher. "A 20h30, une demi-heure avant l'entrée en scène de Stephan Eicher, 400 invités environ du conseil général du Rhône prennent place dans un carré VIP au centre de l'arène. Ils arrivent en procession" (ci-dessus, la photo de l'arène avant leur arrivée). Ce lecteur nous décrit une véritable bronca : "Les 4 500 spectateurs, serrés comme des sardines par les organisateurs, sifflent contre cette confiscation de l'arène au profit de personnes invitées alors que tout le monde a déboursé 37 euros." Cette manifestation bruyante n'est pas une première à Fourvière, où les spectateurs – souvent arrivés tôt pour être bien placés – patientent autour de ce grand triangle vide, avant de voir arriver en file indienne, peu de temps avant le début du concert, les spectateurs qui bénéficieront des meilleures places. "Ce qui est détestable, poursuit d'ailleurs notre lecteur, n'est pas tant le principe d'un carré pour les invités du Département mais le choix de l'espace : le meilleur, devant la scène". Et de conclure : "L'institution politique "se sert" au lieu de servir."

10 % de places gratuites

Nous avons contacté la direction du festival. Ces 400 personnes n'étaient pas les invités du conseil général ou des Nuits de Fourvière : elles composaient le “village”, ces places VIP déboursées à 190 euros HT par des entreprises ou même des particuliers. Le forfait comprend un dîner, une place de parking et donc un emplacement dans le grand théâtre gallo-romain. Une méprise a donc eu lieu, de la part des spectateurs autour qui pensaient avoir affaire à des privilégiés. Même Stéphane Eicher s'y est apparemment trompé, lui qui, à sa 3e chanson, a lancé tout sourire au public : "Vous êtes fatigués ? Vous étiez plus en forme quand les invités sont arrivés."

La direction des Nuits de Fourvière admet que des places sont offertes. "Elles servent notamment à promouvoir les artistes eux-mêmes, les rendre visibles", nous explique-t-on. Ce sont par exemple les billets offerts à la presse. Il y a aussi ceux donnés à l'association Culture pour tous, pour œuvrer à la démocratisation des spectacles. Au total, sur une année, ces invitations représentent environ 10 % des billets émis. Par ailleurs, les places payantes sont plafonnées à 55 euros, avec placement libre. "Les prix sont bloqués parce que nous avons une mission de service public. Vous pouvez par exemple voir Björk pour 55 euros."

à lire également
Dans la nuit de mercredi à jeudi, Lyon a perdu l'un de ses plus anciens bouquiniste et puits de culture musicale. Emporté à 64 ans, Serge Boissat n'a jamais cessé de diffuser sa passion pour le rock au sens large et pour la bande dessinée. Son ami et fondateur de la radio libre "Radio Bellevue" en 1981, le réalisateur Jean-Claude Chuzeville, lui rend hommage.
6 commentaires
  1. robertfon - 19 juillet 2013

    Ce genre de bronca arrive tous les soirs depuis le début des Nuits. Vous sortez d'où Lyon Capitale pour nous sortir ça que maintenant ? Vous passez en tout cas pour des rigolos

  2. carton rouge - 19 juillet 2013

    Le lendemain, ils votaient une caution de 40 millions d'euros pour le stade des lumières de Aulas.

  3. Sophie_Lyon - 20 juillet 2013

    Je confirme un fort mécontentement dans le public également lorsque j'ai assisté au requiem de Mozart. Je n'aime pas du tout ce carré VIP, payé 190€ ou pas ! De plus, dire que la place à 55€ est une mission de service public parait totalement déconnecté de la réalité ! il ne devrait y avoir aucune place offerte, ni carré VIP et le prix des places est beaucoup trop cher, pas du tout à la portée de tous. Autour de moi, tout le monde dit que c'est trop cher.

  4. Dmz - 21 juillet 2013

    C'est trop cher et puis quoi ? Ça ne vous suffit pas de pouvoir télécharger les mp3 de n'importe quel artiste dans le monde (illégalement certes), il faudrait en plus qu'ils jouent gracieusement ? Qui plus est en 'petit comité' et dans un lieu magnifique ? Dans la mesure où ce festival reste un service public, où l'objectif de profit laisse place à l'équilibre, ce genre de problème que présente le village VIP est un mal nécessaire à la survie du festival, et à la présence d'artistes majeurs ?

  5. bobdoukali - 23 juillet 2013

    Si le prix des places servait à payer correctement les musiciens, ça se saurait! Pour info, jouer en premiere partie d'un artiste à Fourviere, c'est être payé 50 euros par musicien! Meme pas de quoi se faire un cachet correct. Les 6 premiers billets vendus amortissent donc le prix de la premiere partie. Et les 3994 places à 55 euros plus les 400 places à 190 euros (soit 295 670 euros) vont dans la poche de qui??? Malgré des places à 55 euros, les musiciens jouent presque gracieusement..

  6. dan1959 - 23 juillet 2013

    Personnellement, lorsque je ne suis pas content d'une prestation, je n'y vais pas. Faites la même chose, il faut agir au lieu de se plaindre. Pleurer n'a jamais fait avancer les choses.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut