Le vignoble de la Côte Roannaise à Renaison © Clovis Huet

Escapades dans la Loire : œnotourisme dans la Côte Roannaise

Inconnus ou mal-aimés quelques décennies en arrière, les vins de la Côte Roannaise ont aujourd’hui gagné leurs lettres de noblesse et sont servis sur les tables de chefs étoilés. Une montée en qualité, fruit de l’inlassable labeur d’une quarantaine de vignerons. Une toute nouvelle route des vins, à taille humaine, et traversant de nombreux villages de caractère, valorise leur savoir-faire. En voiture ou en “modes doux”, à pied ou à vélo, sillonnez ce nouvel itinéraire touristique, dédié au vignoble et au patrimoine !

L’Alsace a la sienne, la Bourgogne aussi. Des routes des vins mythiques qui, chaque année, attirent des touristes du monde entier. Marchant dans les pas de ses grandes sœurs, la Côte Roannaise a désormais, elle aussi, son itinéraire. S’étendant, au nord, du village de La Pacaudière, jusqu’à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire, au sud de Roanne, le parcours traverse treize communes de l’appellation sur environ 55 kilomètres.

Si le vignoble lui-même s’étend sur une trentaine de kilomètres, l’itinéraire permet d’apprécier en route nombre de villages de charme. Vous traverserez la petite cité médiévale du Crozet, Ambierle et son prieuré aux tuiles vernissées ou encore Saint-Haon-le-Châtel, village au riche patrimoine médiéval et Renaissance, perché sur son piton rocheux.

À quelques encâblures de Roanne – dont la réputation gastronomique, incarnée par la famille Troisgros, n’est plus à faire –, une escapade en Côte Roannaise est la promesse de jolis mariages en bouche entre vin et gastronomie locale. Car c’est aussi d’ici que sont originaires le pâtissier et maître chocolatier François Pralus – dont la célèbre brioche Praluline®, aux pralines roses, a été créée par son père Auguste, en 1955 – ou encore la maison Mons, fromager et affineur, tous deux d’ailleurs aujourd’hui bien implantés à Lyon.

Le vignoble de la Côte Roannaise à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire © Clovis Huet

2024 : l’appellation Côte Roannaise souffle ses trente bougies

Si l’on trouve des traces d’un vignoble dans le Roannais dès le Moyen Âge, travaillé notamment par les moines de Cluny, installés à l’abbaye d’Ambierle, celui-ci s’étoffe considérablement entre le XVIIe et le XIXe siècle, s’étendant en 1890 sur plus de 18 000 hectares. À titre de comparaison, aujourd’hui, le vignoble de Côte Roannaise représente seulement 215 hectares.

Durement frappé par la crise du phylloxéra à la fin du XIXe siècle, le vignoble connaît dès les années 1990 une véritable renaissance, où qualité prévaut sur quantité.

Depuis 1994, les vins de la Côte Roannaise jouissent d’une appellation d’origine contrôlée (AOC) et ont bénéficié d’un heureux coup de projecteur grâce à Michel Troisgros, qui s’est fortement impliqué pour faire connaître le vin hors de son territoire. Toujours très actif, ce dernier détient d’ailleurs deux hectares du vignoble “Les Blondins” avec le Domaine Sérol, où le père, Robert, a lui aussi fortement œuvré à la renommée de l’appellation.

© Clovis Huet

Des rencontres humaines pour faire rayonner le Roannais

Labellisée “Vignobles et Découvertes” depuis 2020 – label national qui distingue les destinations promouvant les pratiques de l’œnotourisme –, la Côte Roannaise poursuit, avec sa toute nouvelle route des vins, le développement de son offre touristique.

Au total, ce sont plus de 500 pancartes qui guident le visiteur sur ce tracé de 55 kilomètres. Avec comme point de mire d’offrir avant tout des rencontres humaines.

“Beaucoup d’exploitations en Côte Roannaise sont de 8 ou 9 hectares, à taille humaine. Les touristes de passage vivent ici une véritable expérience avec le vigneron. L’accueil et la dégustation sont faits par la famille”, explique Yann Palais, du Domaine des Palais qui, depuis 25 ans, a redynamisé une propriété familiale laissée à l’abandon.

Même son de cloche au Domaine des Ardaillons, à Saint-Haon-le-Châtel. “Nous sommes ouverts aux visiteurs du lundi au samedi même si lorsque les visiteurs n’ont pas pris rendez-vous à l’avance, nous devons souvent faire une pause à la vigne pour les recevoir”, explique Yannick Pras, qui, après avoir fait ses armes dans le Beaujolais, gère depuis 2019 son domaine, depuis peu épaulé par son frère Thibault.

Terre du cépage gamay

En semi-altitude, sur un piémont aux sols granitiques culminant à 500 mètres, le vignoble de la Côte Roannaise est adossé au versant oriental des monts de la Madeleine. Il est planté à 80 % en gamay saint-romain, un cépage autochtone qui présente une complexité aromatique rappelant les fruits rouges et noirs ainsi que les épices.

Loin d’être l’apanage du Beaujolais, “il existe plus de 500 sortes de gamays différents”, rappelle Yann Palais. Fait exceptionnel, 80 % des surfaces cultivées sont en bio (contre 20 % pour la moyenne nationale).

Une philosophie qui imprègne le vignoble roannais et une véritable conviction pour Yannick Pras qui souligne : “La vigne est une culture alimentaire non essentielle, il est d’autant plus important de limiter au mieux notre impact sur l’environnement.” Ce qui n’empêche point des pas de côté ou expérimentations comme pour sa cuvée “Les Remparts”, vieillie près de huit mois dans une grande amphore de 700 litres ! “L’amphore demande un temps de macération très long et permet d’obtenir des vins particuliers, plus complexes. C’est aussi un bel objet dans la cave”, complète Yannick Pras.

Pour les blancs, souvent vendus sous le nom de vin de pays d’Urfé, ils ne bénéficient pas de l’AOC, mais suscitent néanmoins l’engouement. On retrouve du chardonnay mais aussi du viognier, de la roussanne, du riesling et même du gewurztraminer.

© Clovis Huet

En selle !

Traversant villages de caractère et vignoble, sept boucles VTT, aux noms colorés, vous connecteront au plus près du terroir. Idéale pour les familles, la Romantique (8,2 kilomètres) longe vignes et domaines et offre de jolies vues sur les remparts de Saint-Haon-le-Châtel. Autre boucle familiale, l’Étincellante (9,6 kilomètres) entre vignes et plaine vous mènera au cœur du village viticole de Saint-André-d’Apchon, où brille son église aux tuiles vernissées. D’autres parcours, comme l’Ascensionnelle (13,8 kilomètres), aux portes de la route des vins, la Sportive (16,4 kilomètres) ou la Vaillante (23 kilomètres) proposent, au cœur des vignes, des alternatives plus sportives.

Plus d’informations : www.roannais-tourisme.com

Pour explorer plus loin : Le Roannais, un immense terrain de jeu pour le vélo

Avec ses paysages vallonnés et sa nature préservée, le Roannais est un petit coin de paradis pour les vététistes.

Sur près de 1 000 kilomètres, son espace “Montagne et plaine en Roannais” est sillonné de vingt-trois circuits balisés, dont un tour du Roannais de 250 kilomètres ! Amateurs ou sportifs, partez à l’assaut de ces reliefs diversifiés entre plaines, bocages, vallées, forêts, monts et plateaux.

Labellisé par la Fédération française du cyclisme (FFC), le site est doté de points d’accueil et de services (réparation, lavage, points d’eau et électricité) pour pédaler en toute sérénité.

Cet espace VTT complémente le massif au nom mystérieux des Bois Noirs, qui s’étend sur trois départements (Loire, Allier et Puy-de-Dôme) et culmine dans le Roannais au puy de Montoncel, à 1 287 mètres. Ces deux espaces font partie de Destination Grand Air : le plus grand espace VTT homologué FFC en France, avec ses 3 900 kilomètres labellisés !

Plus d’informations  : www.roannais-tourisme.com

La Mad Jacques sur la route de vins

La Mad Jacques, course d’aventure dans une ambiance festive, accueillera les 28, 29 et 30 juin 2024 une course de vélo et ses 600 participants.

Au départ de Roanne, elle rejoindra la route des vins de la Côte Roannaise jusqu’à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire (avec bivouac dans de grandes tentes en toile et plancher en bois) avant de poursuivre jusqu’au château de Goutelas, à Marcoux, dans la Loire, côté vin forézien.

Plus d’informations et inscription  : www.roannais-tourisme.com

Trottinettes dans les vignes à Saint-André-d’Apchon © Clovis Huet

Infos pratiques

Où loger ?

• Maison Magda, deux gîtes pour trois personnes, à Ambierle – www.maisonmagda.fr

• La Thébaïde du Bas, gîte jusqu’à 10 personnes, à Saint-Jean-Saint-Maurice-sur-Loire – www.lespittoresques.fr

• Domaine de la Plagnette, hôtel 3* (avec restaurant bistronomique), Les Salles – www.domaine-plagnette.com

Où se restaurer ?

• La Bastide de Châtel, belle cuisine française, à Saint-Haon-le-Châtel – www.labastidedechatel.com

• Le restaurant 1451, cuisine gourmet, à Renaison – www.restaurant1451.com

• L’Auberge du Vieux Crozet, au Crozet – https://laubergeduvieuxcrozet.fr/

À ne pas manquer

• Les 29 et 30 juin : Bois Noirs Oxygène, rando VTT/gravel, à Champoly – https://www.boisnoirs.fr/

• Les 6 et 7 juillet : Balade Gourmande en Côte Roannaise à Saint-Haon-le-Châtel et Saint-Haon-le-Vieux – www.roannais-tourisme.com

• Du 20 au 28 juillet : Semaine fédérale internationale de cyclotourisme, à Roanne – www.roannais-tourisme.com

• En juillet et août : Rencontres vigneronnes, visite exclusive de domaines, avec dégustation – www.roannais-tourisme.com

Comment s’y rendre ?

• En train : Lyon-Roanne, comptez 1 h 30

• En voiture : comptez 1 h 15

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut