Test du nouvel iPad : un écran trop en avance sur son temps ?

Ne l’appelez pas iPad 3, le nouveau produit phare d’Apple n’est pas un numéro. Pour cette nouvelle édition, la tablette tactile la plus célèbre du marché mise tout sur son écran Retina et la 4G. Faute de compatibilité avec les réseaux mobiles de l’hexagone, les Français retiendront avant tout une qualité d'image tout simplement bluffante, quitte à être trop en avance sur son temps.

Dès le démarrage, l’effet est saisissant, l’écran Retina de l’iPad affiche des images magnifiques. Sa définition de 2048 par 1536 pixels pour une diagonale de 9,7 pouces est inédite sur le marché. Tout est plus fin, les couleurs saturées flattent la rétine bien qu’elles paraissent parfois trop belles pour être vraies. Le constat est sans appel : le choc est aussi important que lors du passage entre l’iPhone 3S et le 4. Lorsque les contenus sont adaptés au nouvel iPad, la claque est indéfinissable. Les photos prises avec un appareil numérique sont toutes sublimes. Bien qu’il faille avoir recours à un adaptateur, en option, pour effectuer les transferts, les photographes soucieux de présenter leurs travaux sur tablette devraient trouver leur compte avec cette nouvelle machine. Enfin, les amateurs de bande dessinée rencontreront le compagnon idéal pour lire les versions numériques de leurs aventures favorites. Les planches sont littéralement sublimées.

Un géant dans un monde où le contenu est encore inadapté

Malheureusement, les contenus spécialement dédiés à la résolution du nouvel iPad sont encore rares. Pire, avec sa définition unique, la tablette d’Apple semble bien trop en avance sur son temps. Tous les défauts des sources sautent immédiatement aux yeux. Les sites internet et plus particulièrement les photos qui les composent deviennent laids. Les vidéos y compris celle en Full HD ne rendent pas toujours bien. Dans ce contexte, l'honorable côtoie rapidement le catastrophique. L’iPad arrive dans un monde dominé par le 1080p et rappelle trop souvent que 456 lignes de pixels les séparent du sien.

Autant pour les applications et les jeux, il ne fait aucun doute que les éditeurs vont rapidement s’adapter à cette définition, mais le doute reste permanent pour tout le reste. Apple va-t-il proposer des films en 1536p sur sa boutique ? Les sites internet vont-ils opter pour des photos en haute définition pour qu’elles passent mieux sur la tablette de la firme à la pomme ? Rien n’est moins sûr.

La 4G pour faire jolie

Qui dit haute résolution sous-entend contenu plus lourd à télécharger. Pour remédier à ce changement, Apple a choisi de rendre sa tablette compatible avec la 4G. Une caractéristique tout simplement inutile en France puisque la 3G est toujours de mise tandis que la future 4G ne sera, en théorie, tout simplement pas compatible avec la technologie employée dans le nouvel iPad. Il faudra donc se contenter la 3G de dernière génération, en attendant une éventuelle mise à jour matérielle prenant en compte les spécificités locales.

Une console de jeu et un appareil photo dans la besace

Avec son processeur double cœur et sa puce graphique dotée de 4 cœurs, l’iPad est un monstre de puissance. Les jeux vidéo adaptés à sa définition devraient bientôt lui permettre de rivaliser avec les consoles de jeux. Néanmoins, elles ont encore quelques années de répit tant la jouabilité à la manette reste supérieure à celle du tactile.

Pour cette nouvelle édition, l’iPad est désormais équipé d’un capteur photo 5 mégapixels capable de filmer en 1080p. Pour les vidéos ou les clichés, il se débrouille plutôt bien, y compris en cas de faible luminosité. Reste la question philosophique absolue : qui prend des photographies avec une tablette tactile de 9,7 pouces ? Un appareil numérique à moins de 150 euros, restera toujours supérieur et plus discret. L’iPad pourra dépanner à l’occasion, mais reste trop encombrant pour immortaliser ses vacances au bord de la plage, surtout que son écran n'aime pas le soleil.

Les défauts ont la vie dure

Au-delà des défauts habituels des produits mobiles Apple comme le manque d’ouverture ou l'absence de compatibilité avec flash, les défauts du nouvel iPad reste pour la plupart déjà connu. La caméra avant est aujourd’hui indigne d’un tel produit tant son image est en dessous de tout. De plus, le système d’exploitation iOS accuse légèrement son âge et aurait besoin d’un coup de balais en profondeur. Toujours aussi intuitif, fluide et simple à prendre en main, il manque d’un vrai mode multitâche et d’une personnalisation plus poussée. En outre, tout Retina qu’il est, l’écran de l’iPad devient un miroir illisible en cas de fort soleil. L’utilisation en extérieur est rapidement impossible lorsqu’il fait trop beau. Enfin, l’autonomie située autour de 10 heures reste satisfaisante, mais entraine une prise de poids et d’épaisseur pour accueillir une batterie de plus grande capacité. Cependant, seuls les utilisateurs de l’iPad 2 se rendront véritablement compte de cette différence de 50 grammes et 0,6 millimètres.

Verdict

En attendant la riposte technologique et logicielle des tablettes sous Android, le nouvel iPad reprend la tête de la course et s’autorise même un avance importante avec son écran Retina. Ceux intéressé par une tablette Apple ou disposant du premier modèle ont tout intérêt à partir directement vers le nouvel iPad. Malgré son nouveau prix débutant à partir de 409 euros, l’iPad 2 prend un "coup de vieux" qui le rend peu intéressant comme première machine.

Ses propriétaires peuvent cependant se rassurer, ils pourront attendre la prochaine génération, à la condition Sine qua non de ne jamais regarder l’écran du nouvel iPad. Le cap franchi par ce composant pourrait très vite les pousser à ne plus avoir envie de conserver leur vielle tablette. Le nouvel iPad est un excellent produit, doté d’un rendu d’image magnifique, quitte à être parfois bien trop en avance sur son temps.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut