Test de Cookening : ce soir, on vient manger chez vous !

Le succès des émissions culinaires à la télévision a poussé certains cuisiniers amateurs à devenir chefs à domicile. S’engouffrant dans la brèche, des sites Internet proposent désormais de mettre en relation cordons-bleus et gourmands. Nous l’avons testé.

Réveillez le chef qui sommeille en vous ! Voilà ce que proposent plusieurs sites Internet, à l’image de Super-marmite.com qui permet aux cuisiniers de vendre leurs spécialités à emporter. À Lyon, les 20 madeleines pur beurre se négocient à 5 euros et le biscuit génoise à 0,75 euro la part. De son côté, Livemyfood.com propose des “repas chez l’habitant”, mais privilégie le partage et les rencontres. Le site ne perçoit pas de commission et encourage ses membres à “être cohérents” sur leurs prix.
 Cookening.com met également en relation cuisiniers amateurs et gourmands mais prend une commission de 20 %. Un rapide tour des tables lyonnaises permet de se rendre compte que les hôtes volontaires y sont encore rares. Seuls quatre se sont inscrits, leurs menus variant de 20 à 35 euros. Les trois premiers profils de cuisiniers amateurs lyonnais respirent l’amateurisme : photos de plats peu attractives, dignes d’un cours de cuisine pour élèves de CP. Rien qui donne envie de sortir sa Carte bleue. Le quatrième se distingue : l’hôte se prénomme Dominique, une femme de 64 ans passionnée de cuisine, qui possède un blog (www.cuisineplurielle.com) et surtout un certain talent pour mettre en valeur ses plats sur ses photos. Sa table est aussi la plus chère : 30 euros* par tête pour une entrée, un plat, fromage, dessert et boissons (y compris alcoolisées), auxquels il faut ajouter 6 euros de frais de mise en relation par personne. Le premier contact se fait via le site, où toute demande doit être argumentée (allergies alimentaires et autres produits détestés, ainsi que la profession). Quand Dominique accepte, le site demande le paiement de l’addition, soit 72 euros pour deux*. Un tarif digne d’un bon petit restaurant le soir, mais sans que l’on sache à l’avance ce que l’on va manger.

La surprise

20 heures, devant l’appartement de Dominique. L’accueil est excellent et la table décorée. Notre hôtesse aime recevoir et nous confie rapidement qu’elle s’est inscrite sur le site après avoir été approchée par l’un de ses fondateurs. Après un excellent jus de pomme bio, le repas débute par un gaspacho de melon accompagné de chips de chorizo. On enchaîne avec des ravioles aux épinards, feta et crème à l’estragon, puis fromage et salade accompagnée de fleurs et d’herbes. Enfin, place au dessert : biscuit aux amandes et farandole de fruits frais. L’ensemble, parfaitement maîtrisé, fut un délice. Rien à reprocher à ce repas digne d’un bon restaurant.

Tout calculer

Côté revenu, notre hôtesse avoue qu’elle calcule tout au centime près, suite à une première expérience où elle a dépensé le double de ce qu’elle a encaissé. Ce soir, “vous ne buvez pas d’alcool, donc j’économise déjà 13 euros, surtout que comme moi non plus je n’en bois pas je laisse parfois les invités repartir avec la bouteille.”Forcément, faute de recevoir beaucoup d’adeptes de cookening (seulement six en trois mois), elle se retrouve à acheter des produits qu’elle doit finir le lendemain pour ne pas les jeter.

Des frais de réservation
 qui passent mal

23h45, le repas touche à sa fin mais la conversation continue. Dominique nous raconte qu’elle envisage de louer une de ses chambres via un service du type Airbnb. L’économie de partage, elle connaît, et s’amuse même de cette nouvelle tendance : “Ce n’est pas nouveau ! Dans les années 1970, il y avait déjà de l’économie de partage dans le Larzac. Est-ce que ce renouveau va durer, ou s’agit-il que d’une mode ? Je ne sais pas.”Au final, pour 60 euros, cette soirée était une excellente affaire. Pour 72 avec les frais ajoutés par le site, c’est une autre histoire. Les 12 euros qui alourdissent l’addition ne semblent pas totalement justifiés. Nous reviendrons sans doute manger chez Dominique, mais sans passer par le site.

*Dominique a augmenté ses prix et demande désormais 33 euros par invité. Avec les frais cookening (13,20 euros), le total s'élève donc à 79,2 euros, ce qui est bien trop cher.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut