Faut-il acheter une Xbox One ? Le verdict

La Xbox One, nouvelle console de Microsoft, est enfin disponible à la vente et semble être bien partie pour rester quelques années sur le marché comme ses glorieuses ancêtres. Vendue à 499 euros, sans jeu, mais avec la caméra Kinect, est-elle un achat incontournable pour ce Noël 2013 ?

Les consoles de jeux font de la résistance et continuent de bien se vendre malgré la concurrence des tablettes, smartphones ou télévisions intelligentes. Cette année 2013 a une saveur particulière puisqu'elle voit les deux leaders du milieu lancer des nouvelles machines. Ainsi, en France, Microsoft sort sa Xbox One à 499 euros, ce vendredi 22 novembre. La PlayStation 4 de Sony arrivera le 29 du même mois pour un prix de 399 euros.

Dans les deux cas, il sera difficile d'en avoir une à Noël. Plusieurs magasins sont déjà en rupture de stock, parfois depuis fin septembre, alors que les consoles n'étaient pas encore sorties. Les pré-réservations ont rencontré un vif succès. Dès lors, dans un contexte où il faut parfois se décider d'acheter en quelques heures au risque de ne pas avoir sa console sous le sapin, la Xbox One en vaut-elle la peine ? Voici notre verdict.

Un boîtier à tout faire

Les composants de la console sont nichés à l'intérieur d'un imposant boîtier noir qui rappelle l'ère du magnétoscope. On retrouve sous le capot un processeur 8 cœurs AMD, 8 Go de DDR 3, un lecteur de Blu-ray, un disque dur de 500 Go et 3 ports USB 3.0. Il ne fait aucun doute que la Xbox One est une console inspirée de l'architecture PC, puissante, quoique légèrement moins que la PlayStation 4 d'après les premiers retours des testeurs américains. En effet, ces derniers ont déjà les deux machines sous la main.

Mais cela ne fait pas tout. Le plus important reste avant tout les usages possibles et les jeux compatibles. Plus qu'une console, la Xbox One est avant tout présentée comme un boiter qui prendra une place centrale sous la télévision. Une idée pertinente dans un marché en pleine mutation qui entraîne l'apparition à l'arrière de la console d'une entrée HDMI sur laquelle il sera possible de brancher sa box Internet, une autre machine, voire même son PC.

Console obéissante

Du côté de l'interface, on retrouve le système de tuile expérimenté sur Windows 8. Le plus intéressant reste cependant ailleurs. La caméra Kinect fournie avec la Xbox One sert bien sûr à jouer grâce à la reconnaissance de mouvement, mais aussi à piloter l'interface de la Xbox à l'aide de sa voix. Par conséquent, il est possible de dire à sa console de démarrer pour qu'elle obéisse, de regarder la télévision ou de lancer un service de vidéo à la demande. Microsost a signé plusieurs partenariats avec des chaînes françaises pour fournir du contenu aux propriétaires de sa console.

Bien que des petits ratés existent lors de la reconnaissance vocale, la fonction est amusante et surtout les transitions sans aucun temps mort. On navigue naturellement d'un jeu au dernier film acheté en VOD. Malheureusement, à l'exception de cette facilité et fluidité pour zapper d'un contenu à un autre, les fonctions multimédia n'ont rien de véritablement révolutionnaire pour les Français qui possèdent déjà des box Internet comme la Freebox Révolution ou la Livebox Play.

Quelques petites perles...

Du côté des jeux, les excellents titres se font rares. On notera cependant que deux exclusivités sont déjà incontournables sur Xbox One. Forza Motorsport 5 plaira incontestablement aux fans de courses de voitures grâce à sa maniabilité parfaite et à ses graphismes à couper le souffle. De son côté, le jeu de survie face à des armées de zombie, Dead Rising 3, est un véritable plaisir à parcourir et offrira un challenge corsé pour ceux qui joueront dans le niveau de difficulté le plus élevé. Autant techniquement Forza s'en sort parfaitement, Dead Rising 3 subit parfois quelques ralentissements quand le joueur conduit un véhicule et que les zombies sont trop nombreux à l'écran.

Du côté des jeux déjà sortis sur les autres consoles et qui ont fait leurs preuves, Assassin's Creed 4 black Flag, FIFA 14, Battlefield 4 NBA 2K14 ou Call of Duty Ghosts sont au rendez-vous et amuseront ceux qui n'ont pas encore eu la chance d'y goûter ailleurs.

Enfin, notre coup de cœur est incontestablement le jeu de gestion de parc animalier, Zoo Tycoon qui utilise intelligemment Kinect et plaira aux petits comme aux grands. À noter la manette de la Xbox One est un vrai plaisir à prendre en main, mais l'obligation d'acheter un kit de recharge pour ne pas utiliser des piles semble être d'un autre temps.

L'absence de rétrocompatibilité

Pour compenser ce manque évident de jeux incontournables, on ne pourra pas compter sur la ludothèque de la Xbox 360. En effet, sa petite sœur n'est pas rétrocompatible et n'accepte pas les anciens logiciels. Un constat rageant surtout lorsque l'on a acheté de nombreux jeux dématérialisés sur Xbox 360 et que l'on utilise le même compte joueur sur Xbox One.

Le choix de Microsoft soulève des interrogations sur la pertinence de la dématérialisation, on aurait pu penser qu'ainsi les biens numériques pourraient traverser les années et toujours être lus sur de nouvelles machines, comme c'est le cas sur PC avec Steam. Les constructeurs ont choisi une autre voie : celle de faire repayer. Même constat amer avec la PlayStation 4 qui, elle aussi, n'acceptera pas les jeux de la PlayStation 3.

Verdict

Pour l'instant, la Xbox One n'est clairement pas un achat incontournable. Le manque de jeux inédits pèse sur la balance et ce ne sont pas les fonctions multimédia qui feront la différence. La console reste chère et l'impossibilité de l'acheter sans Kinect n'arrange pas son prix plus élevé que celui de la PlayStation 4 (pas mieux fournie en matière d’exclusivités...).

Dans ce contexte, mieux vaut attendre que le catalogue de la Xbox One s'étoffe à moins d'être fan des franchises Dead Rising ou Forza Motorsport. Face à la PS4, la console de Microsoft part clairement avec le statut de challenger et va devoir faire ses preuves durant plusieurs mois pour convaincre.

En attendant, la sortie de la PlayStation 4 la semaine prochaine, à cent euros de moins, ne devrait pas arranger les affaires de Microsoft. Nous ne manquerons pas de comparer les deux consoles dans un futur face à face.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut