5 choses qui vont vous énerver dans Metal Gear Solid V

Difficile de faire un test de Metal Gear Solid V The Phantom Pain en quelques jours. Le titre d'Hideo Kojima, sorti sur PS4, Xbox One, 360, PS3 et PC, est d'une richesse rare. Quelques petits défauts pourraient bien vous énerver, même si The Phantom Pain est incontestablement l'un des meilleurs jeux de cette génération.

1) Les bugs surtout à cheval

Metal Gear Solid V The Phantom Pain prend parfois des allures de foire aux bugs visuels. Ennemis qui grimpent à des échelles invisibles, corps qui rentrent dans les décors, caméra capricieuse. Le tout manque encore un peu de finition. La partie "Big Boss Passion équitation" est la plus perfectible. Les pattes du cheval peuvent disparaître, tout comme sa tête. Le pire des bugs, rencontré une seule fois en une trentaine d'heures de jeu, reste l'image qui se fige et l'obligation de redémarrer sa console (avec perte d'une partie de la progression comprise).

2) Pas de gang de boss

La saga Metal Gear c'est aussi des boss d'anthologie, souvent réunis en gang que l'on affronte en utilisant son cerveau plus que la force brute. Malheureusement The Phantom Pain tourne le dos à cet héritage. Les boss sont bien au rendez-vous, mais on ne retrouve jamais la folie des autres épisodes ni cette idée d'affronter un groupe d'ennemis hors du commun.

3) Un jeu un peu plus linéaire n'aurait pas fait de mal

Si vous aviez été agacé par l'épisode 4 et ses cinématiques à rallonge, The Phantom Pain va vous ravir. Les vidéos où l'on reste passif sont rares et une partie de la narration passe par des K7 audio que l'on peut écouter tout en continuant de jouer. Avec son environnement ouvert, The Phantom Pain est tout sauf linéaire et on le regretterait presque. Il est possible de passer à côté de certains pans de l'histoire et la première fin qui arrive au bout de trente heures de jeu est loin d'être l'épilogue de la saga. Il faudra s'accrocher pour tout découvrir.

4) Parfois trop répétitif

Pour explorer le jeu à 100 % et découvrir tous ses mystères, il est nécessaire de recommencer des missions. Même si les approches possibles peuvent être variées, jouer à The Phantom Pain peut paraître répétitif à plus d'une occasion. Ceux qui ne sont pas trop pressés pourront diluer leur progression, jouant durant de courtes sessions. Pour les autres attention à l'overdose, surtout que The Phantom Pain peut vite devenir addictif jusqu'à écœurer légèrement.

5) Un niveau de difficulté qui pourra rebuter

Metal Gear Solid V The Phantom Pain est loin d'être un jeu facile, vite joué, vite consommé. Dans un monde où les titres sont souvent trop simples et peuvent se boucler en une dizaine d'heures, le titre d'Hideo Kojima fait presque figure d'exception. Les joueurs habitués à une certaine facilité auront envie de jeter la manette, surtout lors des dernières missions de la première partie. Pourtant, The Phantom Pain mérite que l'on s'accroche. Après tout, même si un peu de challenge peut énerver, en 2015, cela fait le plus grand bien.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut