Le chef italien Marco Vigano, une étoile Michelin  et "Grand de demain" du Gault&Millau 2019 quitte Roanne pour s'installer à Lyon en septembre. Interview extra sensorielle.
Le restaurant de l’InterContinental du Grand Hôtel-Dieu : la découverte culinaire de l’été.
Le site web Atabula spécialisé dans la gastronomie a publié son classement des villes où l'on mange le mieux. Si Paris rafle la première place, la région Auvergne-Rhône-Alpes fait aussi parler d'elle.
La salle du restaurant Saisons, au château du Vivier © Antoine Merlet
À Écully, Davy Tissot régale avec une cuisine de MOF goûteuse et précise. Nous n’avions plus goûté la cuisine de Davy Tissot depuis juillet 2015 et son départ des Terrasses de Lyon, le restaurant étoilé de la Villa Florentine. Le souvenir était celui d’une cuisine goûteuse, inventive, qui mettait en valeur le produit et dressait […]
Le banc de la maison Sibilia aux halles de Lyon © Antoine Merlet
C’est l’icône de la charcuterie lyonnaise, la haute couture des salaisons. Pendant un demi-siècle, “Madame Colette” a régné en diva du saucisson, avant de laisser la main à Bruno Bluntzer, cuisinier de formation.
Enquêtes gastronomiques – Ce mois-ci, pendant que Guillaume Long est parti vérifier la réputation des vins californiens, son ami Jérôme Jouvray se dévoue pour aller au restaurant à sa place.... et il apprend plein de mots ! Heureusement qu’il avait emmené avec lui au Petit Ogre quelqu’un qui s’y connaît non seulement en couleur mais aussi en vocabulaire.
Détail d’un dessin de Kanellos Cob pour Lyon Capitale
Dans la liste des ingrédients du succès du modèle lyonnais, l’apport européen est rarement mis en avant. Il va pourtant de pair avec la dynamique économique et culturelle de Lyon. Dans la culture, avec Arty Farty, comme sur le plan institutionnel, Lyon tente de développer son propre réseau européen : celui des capitales économiques à défaut d’être des capitales nationales.
François Pozzoli dans sa boulangerie de Gerland © Antoine Merlet
Seul Meilleur Ouvrier de France boulanger en activité à Lyon, François Pozzoli se bat pour un pain artisanal et nourrissant. Il défend des techniques ancestrales : utilisation de farines pures, pétrissage lent et court, fermentations longues pour “laisser le temps faire”. Ses deux fils, nés le nez dans la farine, reprennent la maison familiale quasi cinquantenaire.
La Mère Brazier vient d'ouvrir une nouvelle adresse à deux palets d'or de Bernachon. 
Julie Allard-Grollemund, petite-fille de Paul Malartre, et son mari, Lionel Grollemund © Antoine Merlet
À l’origine (1947) spécialisée dans la conserve et les produits frais, la maison Malartre est aujourd’hui une référence lyonnaise en matière de quenelle (son produit historique), d’escargots et de cardons.

Posts navigation

1 2 3 4 49 50 51