À travers deux tweets, le président de la métropole prend la défense de Greta Thunberg et se dit admiratif des jeunes qui se mobilisent pour le climat. Mais pour être totalement audible sur ces questions, il doit encore prendre une décision forte et symbolique. 
Depuis plusieurs mois, certains défenseurs de l'Anneau des Sciences, comme le maire de Lyon Gérard Collomb, défendent l'idée d'une autoroute qui serait "propre", car empruntée en 2030 par des véhicules électriques ou à hydrogène. Un rapport de l'Anses vient de mettre fin à ce mythe. 
Faut-il boucler le périphérique de Lyon pour 3 à 10 milliards d’euros, dans un contexte marqué par un recul de la voiture en ville et la crise climatique ? L’autoroute urbaine de l’Anneau des Sciences est au cœur des débats pour Lyon 2020 et les plans et tracés dévoilés par Lyon Capitale n’arrangent pas les défenseurs du projet.
À l'instar de New York, Milan ou Sydney, Paris s'est déclaré en "état d'urgence climatique". Pour Gérard Collomb à la ville de Lyon, comme David Kimelfeld à la métropole, une telle volonté aurait dû mal à être défendue avec conviction sans accusation de récupération verte. Pour l'instant, les deux élus sont pour la construction de la future autoroute urbaine de l'Anneau des sciences et leurs dernières actions climatiques manquent d'ambition.
Le président de la métropole de Lyon a annoncé ce mardi qu'il avait demandé des travaux pour étudier les alternatives à l'Anneau des sciences, si ce périphérique ouest ne se faisait pas. 
Gérard Collomb
Alors que Gérard Collomb saisit toutes les occasions pour assurer la promotion de l'Anneau des Sciences, la Coalition Climat Rhône souhaite le mettre en garde en prévision des élections municipales et métropolitaines.
Alors qu'il doit faire face à des accusations de "Greenwashing" avec son projet de végétalisation à la place des voies de bus et emplacement cyclables, Gérard Collomb assure la promotion de l'Anneau des sciences, une autoroute urbaine qui doit clôturer le périphérique de Lyon.
Depuis plusieurs décennies, le projet de clôturer le périphérique de Lyon alimente les discussions dans la sphère politique lyonnaise. Le PS lyonnais, autrefois clairement favorable avec Gérard Collomb, semble avoir changé d’avis.
Gérard Collomb et David Kimelfeld au conseil de la métropole, le 10 juillet 2017 © Tim Douet
Le président du Grand Lyon a regretté d'avoir laissé passer une occasion d'inscrire l'Anneau des sciences dans la loi LOM, lorsque Gérard Collomb était encore ministre de l'Intérieur. 
Certains promeneurs au sud-ouest de Lyon ont pu découvrir des plaques métalliques au sol avec l'inscription "Lyon Anneau des Sciences". Selon nos informations, des sondages du sol ont commencé pour ce projet visant à clôturer le périphérique de Lyon. 

Posts navigation

1 2