ANTIPUB

Vidéo : La bâche de l'OL mutilée par des militants anti-pub

La grande bâche Adidas à la gloire des maillots de l'OL a été tailladée le week-end dernier, avec un slogan « STOP PUB » des plus ostentatoires. Du coup, la marque aux trois bandes a fait retirer la publicité, les collectifs anti-pub jubilent, mais personne n'a encore revendiqué cette œuvre.

C'était l'évènement sportif lyonnais de l'été : Adidas équipe les joueurs de l'OL. Pour l'occasion, une fête a été organisée le 13 juillet sur la place Bellecour et une bâche énorme présentant les nouveaux maillots du club a été tendue sur une façade d'immeuble. La publicité devait trôner tout l'été, mais quelqu'un en a décidé autrement. Durant le week-end dernier, la bâche a été mutilée. Apparaissait alors un énorme « STOP PUB » en plein milieu.

Devant une telle profanation, l'équipementier décide de retirer la publicité. "Quel est l'intérêt de laisser un panneau mutilé ?", argumente l'Olympique Lyonnais. Mais le club de foot « ne se sent pas visé » et parle d'une initiative dirigée contre le système publicitaire. De son côté, Adidas se refuse à tout commentaire.

Victoire contre la pub ?

Pour le collectif des déboulonneurs et déboulonneuses lyonnais, cette action représente une victoire contre le gigantisme des opérations marketing et parle d'un « beau résultat face à l'envahisseur publicitaire  ». Mais habitué à réaliser des interventions moins extrêmes, "le collectif ne peut pas cautionner ce geste illégal, commente Jean-Charles, président du mouvement. Mais du côté individuel, on est impressionnés de l'exploit". Il regrette seulement que personne ne revendique l'acte, afin de porter le débat des publicités géantes sur la place publique. Un acte de cette dégradation est passible de deux ans de prison et de 30 000 euros d'amende.

Pour les locataires de l'immeuble, c'est aussi une satisfaction. "On est content, on ne voyait rien de la journée et on était obligé d'allumer constamment nos lumières", se plaint une riveraine. Mais la bâche fera inévitablement son retour, car sa présence était due aux travaux qui auront lieu en novembre. "Un dispositif mal compris" selon Premium Média XL, l'agence de publicité. Selon elle, le prix de cette bâche participe au financement de la rénovation de l'immeuble, "dans le respect du patrimoine". Et "rien n'empêche une nouvelle pub", lâche-t-on du côté de l'OL, même si rien n'est encore fixé.

Lire sur le même sujet : Maillot extérieur OL, quel show !

à lire également
Grand stade Parc OL
L'enquête est allée très vite du côté de l'Olympique lyonnais suite à une vidéo montrant un supporter faisant un salut nazi lors du match Manchester City - OL. Mercredi soir, en marge du match de Ligue des champions opposant Manchester City à l'Olympique lyonnais, un supporter rhodanien a été filmé en train de faire un […]
16 commentaires
  1. bruno - 27 juillet 2010

    Une immense bâche publi­ci­taire ins­tal­lée sur un échafaudage place Bellecour (Lyon 2) a été la cible d’une action anti-publi­ci­taire ano­nyme ce week-end. Le slogan STOP PUB appa­rais­sait sur ce « magni­fi­que » sup­port. Grâce à cela la bâche a été enle­vée.Depuis l’appro­ba­tion de la loi Grenelle 2 ces bâches sont ame­nées à pro­li­fé­rer dans l’espace public sans limi­ta­tion de taille. Cette loi cons­ti­tue un net recul : elle auto­rise une expan­sion en taille des sup­ports publi­ci­tai­res dans des pro­por­tions inquié­tan­tes.Les DéboulonneurEUSEs reven­di­quent depuis 2005 la réduc­tion de l’affi­chage publi­ci­taire à une taille de 50 par 70 cm par des actions de déso­béis­sance civile.Bien que le décou­page de la bâche place Bellecour ne soit pas une action des DéboulonneurEUSEs, le col­lec­tif de Lyon se réjouit de la réac­tion citoyenne et de son résul­tat face à cette aber­ra­tion dans notre pay­sage. Il était en effet légi­time que cette bâche dont la taille attei­gnait cinq ter­rains de tennis (1300 m²) sus­cite l’exas­pé­ra­tion de la popu­la­tion.Alors que les Déboulonneurs défen­dent la liberté de non récep­tion, la loi Grenelle II bafoue le droit des citoyen­NEs à ne pas subir le matra­quage publi­ci­taire.Plus que jamais, état de néces­sité !Face à l’inva­sion publi­ci­taire géné­ra­li­sée de nos cer­veaux, les DéboulonneurEUSEs de Lyon vous invi­tent à une action non-vio­lente de déso­béis­sance civile rue Victor Hugo (côté place Carnot), à 18h ce mer­credi 28 juillet 2010.Salutations anti-publi­ci­tai­res, Le col­lec­tif des Déboulonneurs et Déboulonneureuses de Lyontrouvé sur :http://rebellyon.info/Beau-resultat-face-a-l.html

  2. Martin de Givors - 27 juillet 2010

    Du Grenelle un ou deux, qu'importe ce diner de cons pour écotartuffes, on ne peut que félicter les auteurs de cet acte éco-résistant qui aura, nul n'en doute, une nombreuse progéniture dés lors que ces baches auront tendance à proliférer...

  3. françis - 27 juillet 2010

    'rebellyon' c'est bien le enième site pour bobos-anars?

  4. Grand Lyonnais - 27 juillet 2010

    Bobo oui anars certainement pas a Lyon. Un vrai anar est prêt au combat toujours. Un anar Lyonnais si tu lui file un fusil au mieux il se le laisse tomber sur le pied au pire il tue un copain.

  5. bruno - 27 juillet 2010

    - mutiler : vt, Priver de quelque membre. - profanation : nf, Action de profaner les choses saintes. La profanation des églises, des vases sacrés. source : littréJe ne comprend pas vraiment le pourquoi du champ lexical utilisé ici. On parle bien d'une bâche publicitaire en plastique, non ? Alors pourquoi ce vocabulaire de l'ordre de la sacralité ou de la personnification ?Déjà dans la bouche du type de l'OL ça me fait hurler, mais sous la plume du journaliste, ça devient vraiment bizarre...

  6. guidoline - 28 juillet 2010

    A ma connaissance, un arrêté municipal interdit toute publicité sur les secteurs sauvegardés de la place Bellecour et du Vieux Lyon qui sont dans le périmètre site historique... Cette bâche était donc illégale. Merci à Lyon Cap de mener l'enquête.

  7. guidoline - 28 juillet 2010
  8. enzo - 28 juillet 2010

    @guidoline: tes commentaires me feront toujours sourire 😉

  9. françois - 28 juillet 2010

    une belle marque de 'respect' vis à vis des gens qui ont bossé sur cette affiche (photographes, infographistes, installateurs, etc...)

  10. noskill - 28 juillet 2010

    Ce dispositif finance les travaux que l'état ne peut financer selon un décret de loi bien précis concernant les batiments 'inscrits aux ABF, toutes les autorisations légales et nécéssaires sont respectées. Les auteurs de cette dégradation se sont donc trompés de cible...Ils engagent leur responsabilité...Il faut réfléchir et s'informer avant d'agir...

  11. françois - 28 juillet 2010

    @noskill: exact!

  12. Gus - 29 juillet 2010

    ON garde encore notre libre arbitre que je sache. Donc la présence d'un bâche ne fait pos de nous des moutons consuméristes. Donc la démarche est anti-pub est insultante pour notre liberté de penser au final.

  13. jean-marc - 29 juillet 2010

    @noskill: demander aux anti-pub et autres déboulonneurs de réfléchir et s'informer avant d'agir...vous leur en demandez beaucoup

  14. Dnicolas - 2 août 2010

    Je ne supportais plus de voir ses gueules cassées place Bellecour. Quand à jean-marc, je le trouve bien pompeux, les anti-pub et débouloneurs, ne sont des animaux, ou des punk à chien. Que dire de l'architecte qui se fait couvrir sont immeuble par une bâche publicitaire, à oui j'oubliais le chauvinisme lyonnais. Sauf que les joueurs sur la publicité ne sont que des pions pour la publicité.

  15. christian - 8 août 2010

    MDR'la bâche des lyonnais' c'est le titre de l'articlequi prend tout son sens le lendemain de leur premier 'exploit' !

  16. joinsmoker - 13 août 2010

    tkt comme ca tout le monde la vera notre affiche

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut