Tour 2010 : Jura, Alpes, Drôme et abricots secs

Du 10 au 16 juillet 2010, le Tour traversera la région. Avec une arrivée en altitude à Morzine-Avoriaz le 12 au soir.

Non, décidément la Grande boucle ne pouvait partir d'Amsterdam. Trop connoté alors que le Tour 2010 sera celui du renouveau, du sport propre, de l'hémoglobine irréprochable, de l'eau claire et des abricots secs. Les organisateurs ont donc choisi de le lancer de Rotterdam le 3 juillet. Pour un départ en douceur et une mise en jambes pépère, ils les feront ensuite traverser le plat pays. Mais sitôt la frontière franchie, on ne rigole plus. Les étapes emprunteront les voies pavées du Nord. Les plus douillets pourront mettre un petit coussin sur la selle. Au final, la première semaine de course fait frémir Lance Amstrong qui la juge « très nerveuse et très difficile ». Gageons que le coureur américain saura dénicher quelques vitamines pour se donner du courage.

Le Tour prendra ensuite la direction de la Bourgogne avant de pénétrer dans la région le samedi 10 juillet. C'est la rencontre avec les premières grimpettes, les échappées égoïstes qui n'attendent pas les retardataires, les spectateurs qui hurlent aux oreilles de leurs idoles. C'était bien la Belgique... C'est aussi la première arrivée en pente, aux Rousses. Nous conseillons à nos sportifs un gros plat de pates pour le dîner : le lendemain est programmée l'une des étapes les plus spectaculaires entre les Rousses et Morzine-Avoriaz. Après ce brusque effort, les coureurs vont buller le 12 juillet. Petit-déjeuner au lit pour Lance et Alberto. Le lendemain, se profile une autre course difficile, sur les routes escarpées de Haute-Savoie jusqu'à Saint-Jean de Maurienne. Certains regretteront leurs vacances tranquillou à la Grande Motte...

Pour la Fête nationale, nos cyclistes sont aussitôt téléportés à Chambéry d'où ils prendront le départ. Direction Gap pour le feu d'artifices. Après, c'est plus peinard. De Sisteron vers Bourg-les-Valence le jeudi 15 juillet, ils profiteront des douces courbes de la Drôme Provençale, pourront marauder quelques pêches précoces ou humer un bouquet de lavandes tardives. Le 16 juillet, ils nous quittent vers Mende. A l'horizon des Pyrénées franchement pas sympas avec quatre grosses étapes. Les organisateurs, décidément farceurs, leur feront grimper deux fois le col du Tourmalet ! Et, quelques jours plus tard, remonter une tripotée de fois les Champs-Elysées.

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut