OL : Comment éliminer le Real ?

Mercredi soir, l’OL ira défier l’ogre madrilène, dans son antre de Bernabéu. Pour espérer de nouveau titiller le grand Real, Claude Puel peut s’appuyer sur différents schémas de jeu. Le coach lyonnais n’a pas fini de se creuser les méninges d’ici le jour J. Lyon Capitale décortique ces organisations tactiques.

Lyon va mieux, beaucoup mieux. En témoignent les seize buts inscrits lors des cinq derniers matchs de Ligue 1. L’atmosphère pesante de Tola-Vologe a laissé sa place à une sérénité retrouvée. Du coup, l’hypothèse d’éliminer, une nouvelle fois, le Real Madrid, se révèle tout sauf saugrenue. Et les motifs d’espoirs, réels. Avec le retour en forme de ses cadres, Claude Puel a l’embarras du choix pour composer son onze de départ. En partant du principe que la base défensive sera la suivante (Lloris – Réveillère, Cris, Lovren, Cissokho - l'arrière gauche de l'OL est à ce jour toujours incertain) et que Yoann Gourcuff, bien que convalescent, est indispensable aux côtés de Toulalan et Källström dans l’entrejeu, plusieurs possibilités s’offrent au technicien rhodanien pour animer son secteur offensif. Explications.

---

Compo classique (4-2-3-1 avec Gomis)

Avantages

C’est l’organisation la plus utilisée par Claude Puel, la plus probable aussi. La plus rentable également. Lorsque Lisandro et Gomis ont été alignés ensemble au coup d’envoi, l’OL n’a perdu qu’à une seule reprise (en douze matchs). Ce système, avec le rôle prépondérant de Bafé Gomis, capable de conserver de précieux ballons, peut permettre au bloc rhodanien de rester haut et de résister aux vagues espagnoles.

Inconvénients

Ce schéma a l’inconvénient principal de décaler Lisandro Lopez sur la gauche. Un poste où le fantasque attaquant de l'OL ne peut pas exprimer la plénitude de son talent. De plus, l’Argentin n’est pas un as du repli défensif sur un côté. Or, face à une formation comme Madrid truffée d’individualités de qualité, il est parfois plus prudent de bloquer les ailes.

---

Compo équilibrée (4-2-3-1 sans Gomis)

Avantages

La composition suivante est certainement la plus défensive et la plus sécurisante. Lisandro retrouverait son poste de prédilection, dans l’axe, soutenu sur les ailes par deux vrais joueurs de couloir, Cesar Delgado et Jimmy Briand. Deux éléments, capables de bien défendre, comme de mettre le feu dans la défense merengue.

Inconvénients

A la vue des dernières prestations de Bafé Gomis, pour la plupart de haut vol, cette organisation s’avérerait injuste pour l’avant-centre de l’OL. Claude Puel peut-il se priver d’un point d’appui comme l’ex-Stéphanois à Madrid, d’un joueur capable de remporter des duels aériens à la pointe de l’attaque ? Sans doute pas.

---

Compo audacieuse (4-4-2)

Avantages

Le système le plus ambitieux. Il a marché à merveille à Sochaux, les Gones se procurant pléthore d’occasions. C’est dans cette organisation que les deux principaux intéressés, Lisandro et Gomis, se sentent aussi le mieux. Outsider, l’OL n’a rien à perdre à Madrid. Claude Puel peut sortir en héros d’un choix aussi audacieux.

Inconvénients

Très peu utilisé, l’utilisation de ce 4-4-2 serait une énorme surprise. Ce schéma tactique, redoutable face à des formations intrinsèquement inférieures, paraît très ambitieux à Bernabéu, face au grand Real de Mourinho. Surtout qu’il pourrait sacrifier Yoann Gourcuff, peu efficace sur une aile.

---

L’œil de Radio Scoop

Gaël Berger et Anthony Cerrone (journalistes sportifs)

Composition classique (4-2-3-1 avec Gomis)

"Lisandro et Gomis sont complémentaires. Ils se cherchent, combinent en permanence. Ils se trouvent à merveille comme on a pu le voir face à Arles-Avignon et à Sochaux. Lyon ne peut pas se priver de leur duo. Lisandro, seul dans l’axe, souffrirait énormément. Alors que Gomis peut servir de point d’appui et donc permettre au bloc rhodanien de remonter. Après, en cours du match, en fonction des circonstances, l’OL peut très bien passer en 4-4-2 avec les deux dans l’axe."

L’œil de Lyon Capitale

Composition équilibrée (4-2-3-1 sans Gomis)

"Face à l'armada offensive du Real (C.Ronaldo, Benzema, Ozil, Di Maria), il paraît opportun ne pas se jeter dans la "gueule" du loup. Attaquer à tout va, c'est bien beau, mais face à une telle équipe, il faudra faire preuve de pragmatisme. De prime abord, bloquer les ailes, et ensuite, exploser en contre-attaque. Dans ce registre, Jimmy Briand et Cesar Delgado sont les meilleures cartes lyonnaises. Et Lisandro, en pointe, est diablement plus efficace qu'isolé sur un côté."

à lire également
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut